Navigation – Plan du site

En préparation, « Ethos discursif et image d’auteur »

Ce troisième numéro, dont la parution est prévue pour l’automne 2009, est dirigé par Michèle Bokobza-Kahan (Tel-Aviv) et Ruth Amossy (Tel-Aviv)

Le but de ce numéro  est de s’interroger sur la notion d’« image d’auteur » et ses rapports avec l’ethos ou image de soi que le locuteur construit dans son discours. Tout en adoptant le terme d’« auteur » qui concerne les domaines les plus divers, nous nous référons plus spécifiquement aux auteurs de textes fictionnels (narratifs, poétiques ou dramatiques) catégorisés comme « littéraires ». Ce choix implique que l’investigation débute au moment de la « naissance de l’écrivain » (Viala) au 17e siècle, avec l’émergence des forces institutionnelles et économiques qui sont constitutives de l’image d’auteur et de son importance - même si la question de l’auctorialité soulève des questions intéressantes dans les périodes antérieures. Pour éviter de tomber dans le piège de l’identification entre le narrateur et l’être empirique, on a préféré exclure les textes de nature autobiographique.

L’analyse du discours et l’analyse argumentative permettent d’aborder la question de la construction discursive des images de soi. Elles ont jusqu’à présent généré de nombreuses études sur l’ethos dans les genres de discours les plus divers. Elles ont également montré l’importance de l’articulation entre la façon dont l’énonciation produit une ou des images de soi, et le positionnement de l’écrivain dans le champ. A l’exception de certains travaux pionniers, on s’est beaucoup moins interrogé sur la notion d’« image d’auteur », qui nous semble cependant cruciale dans toute compréhension du phénomène littéraire. C’est à cette question de l’image d’auteur dans son rapport avec la notion d’ethos discursif, que ce numéro sera consacré.

Dans le texte fictionnel, l’analyse de l’ethos s’effectue sur plusieurs niveaux corrélés : celui de l’image de soi que construisent les personnages fictionnels, celui de l’image que construit le locuteur et celui que projette, du fait même de son énonciation, l’instance auctoriale responsable du texte. Ces ethè entretiennent entre eux des rapports souvent complexes qui contribuent à construire le sens et l’impact du texte. A la lumière de ces analyses, on pourra reconsidérer des notions comme celle, déjà ancienne, d’« auteur impliqué » (Booth), celle de « fonction-auteur » (Foucault), celle de « scénographie auctoriale » (Diaz), etc. D’autre part, il faut bien voir que l’image d’auteur ne s’élabore pas seulement à l’intérieur du discours fictionnel : bien au contraire, elle se construit discursivement dans le paratexte – que ce soit dans l’espace du livre, comme les préfaces ou la quatrième de couverture, ou dans les discours extérieurs au livre, comme les entretiens, les débats, la critique journalistique ou académique, les biographies, etc. Notons qu’en raison de l’ampleur du sujet, nous avons ici exclu l’étude de la dimension visuelle qui prévaut aujourd’hui dans les nouveaux médias. En l’occurrence, il importe de voir comment se mettent en place des images d’auteur en fonction des genres de discours sélectionnés, et quels rapports elles entretiennent avec l’ethos ou les ethè construits dans le texte. Il faut aussi dégager l’impact qu’elles peuvent avoir sur les modes de déchiffrement du texte, et sur les choix d’écriture à venir.

  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org