Navigation – Plan du site

Efficacité de l’implicite et de l’équivoque dans la construction des récits mobilisateurs : le cas des militants pour la cause des médias en Amérique latine

Effectiveness of Implicit and Ambivalence in the Construction of Mobilizing Stories: a Case Study of the Militants for the Media in Latin America
Erica Guevara

Résumés

Au carrefour de la sociologie des mouvements sociaux et de l’analyse discursive, l’objectif de cet article est de décrire les mécanismes inhérents à la structure et à l’énonciation des récits mobilisateurs des organisations militant pour la « cause » des médias en Amérique latine, tout particulièrement pour la reconnaissance des « radios communautaires » entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990 en Colombie. Pour ceci, il propose de prendre en considération non seulement les éléments discursifs explicites, mais aussi l’ambiguïté contenue dans les récits militants, grâce à des notions telles que celles d’implicite, de flou ou d’équivoque. A travers l’étude d’un corpus d’articles et de textes produits par les militants, nous mettons en évidence les dynamiques permettant aux entrepreneurs de cause de construire des récits inclusifs, fédérateurs et légitimateurs efficaces. Contrairement à ce qui est souvent affirmé dans des perspectives théoriques comme celles des cadres de l’action collective, nous montrons que lorsqu’un récit mobilisateur parvient à rallier des militants, c’est souvent parce qu’il échoue à  préciser et à délimiter clairement quel est l’objet de l’action collective.  

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Alice Krieg-Planque souligne ainsi que « la langue est un système naturellement producteur d’équiv (...)

1Le manque de clarté est généralement perçu comme un défaut des discours de l’action collective. Pour qu’une mobilisation « prenne », il est généralement admis que la parole des porte-parole d’un mouvement doit être nette et précise, de manière à pouvoir motiver le plus grand nombre et rallier à la cause les individus les plus récalcitrants. Dans l’étude de la parole protestataire, autant la sociologie des mouvements sociaux que les sciences du langage ont accordé une grande importance à l’analyse des éléments explicites du discours, aux argumentaires, aux « mots de la lutte sociale », aux opérations taxinomiques, aux cadres et processus de cadrage de l’action collective. Peu d’attention a été cependant portée à l’analyse des éléments introduisant du flou, de l’équivoque, de l’implicite et de l’ambiguïté dans les discours de l’action collective, pourtant inévitables1.

2Au carrefour de la sociologie des mouvements sociaux et des sciences du langage, l’objectif de cet article est de décrire les mécanismes inhérents à la structure et à l’énonciation des récits mobilisateurs à travers un exemple particulier, celui des organisations militant pour la « cause » des médias en Amérique latine. Il part de la perspective des « récits collectifs » développée notamment par Francesca Polletta pour analyser comment l’acte d’énonciation permet de « donner une dimension véritablement collective aux actions militantes, la narration dotant les événements d’une cohérence, d’une orientation et d’une résonance émotionnelle, donnant un sens aux événements en même temps qu’il fournit des raisons à la participation » (Polletta 2006 : 44-45).

3En analysant la dimension implicite et ambiguë des récits mobilisateurs, nous voulons mettre en évidence la négociation et la confrontation des arguments des revendications sociales sur les médias dans une perspective historique. La dénomination des médias « autres » étant un « enjeu de lutte interprétative », elle consiste en un « outil de compréhension de l’histoire des transformations des pratiques » (Cardon & Granjon 2010 : 13). Ceci implique donc de prendre en compte les « différents niveaux d’historicité qui traversent un conflit » (Rennes 2011 : 152), ainsi que les relations entre différentes formes de militantisme médiatique et différentes formes d’arguments.

1. Explicite et implicite dans la parole de l’action collective

1.1. L’approche des « cadres de l’action collective »

  • 2  Dans cet article séminal, Snow et Benford s’inspirent des travaux d’Erving Goffman sur l’analyse d (...)

4En cherchant à comprendre les processus de construction du sens et des identités des mobilisations collectives, la sociologie des mouvements sociaux s’est surtout intéressée aux éléments discursifs qui permettent « de repérer, de percevoir, d’identifier et d’étiqueter »2 (Snow & Benford 1992 :137) les événements et les acteurs impliqués dans une mobilisation. Avec le développement paradigmatique de la perspective des cadres (frames) et de l’analyse des processus de cadrage de l’action collective, l’attention a donc été surtout portée aux éléments explicites contenus dans les discours de l’action collective : processus discursifs d’association et de dissociation (Hunt & Benford 1994), de typification (Benford & Hunt 1992), de comparaison (Klandermans 1988 ; 1997), de catégorisation et d’étiquetage (Klandermans 1992), vocabulaires, thèmes de la lutte sociale et expressions de l’injustice (Gamson & Modigliani 1989 ; Gamson 1992).

5 Selon l’approche des « cadres », définis comme des « ensembles de croyances et de représentations orientés vers l’action qui inspirent et légitiment les activités et les campagnes des entreprises de mobilisation, en insistant sur le caractère injuste d’une situation sociale » (Benford & Snow 2000 : 614), ceux-ci sont indispensables pour l’action collective : sans cadrage efficace de la part des porte-parole militants, sans principe interprétatif explicite qui permet d’aligner les schèmes d’interprétation que les participants apportent avec eux dans l’interaction, toute mobilisation serait impossible. En partant d’une conception instrumentale de la langue, la maîtrise de celle-ci, la capacité à produire un discours clair et percutant, ainsi qu’une série d’outils discursifs permettant de délimiter précisément la source d’une « injustice », de différencier qui appartient au camp du « nous » et du « eux », apparaît comme une « compétence » essentielle des militants. La capacité mobilisatrice des « cadres » tiendrait donc à la clarté, à l’absence d’ambiguïté, à la précision des opérations de désignation des acteurs, de leurs intentions et de l’efficacité de l’activité protestataire (Polletta 1998 : 139).

1.2. Spontanéité vs. Organisation : les « récits mobilisateurs »

  • 3  A propos de l’analyse de l’importance de la « narration » et des « récits » dans les mobilisations (...)

6« Pourquoi les activistes décrivent si souvent les protestations comme ayant émergé de la tête de Zeus, en ignorant ou en niant sciemment la planification qui les a précédées ? Pourquoi se positionnent-ils eux-mêmes non pas comme des acteurs stratégiques mais comme étant balayés par des forces sur lesquelles ils n’ont pas de contrôle ? » (Polletta 2006 : 33). Interpellée par les récurrences, autant de forme que de fond, présentes dans les descriptions données par des manifestants de leur propre expérience de mobilisation, et par l’insistance de ceux-ci à qualifier ces actions comme étant « spontanées » malgré les évidences de planification préalables, la sociologue Francesca Polletta s’intéresse en profondeur à ce qu’elle nomme les « récits » (narratives) des mobilisations3. Dans un premier temps, elle comprend ces récits comme des « chroniques investies d’un sens moral [ou normatif] à travers la mise en intrigue » (Polletta 1998 : 140).

7Critiquant le biais stratégiste de la perspective des cadres, et en s’inspirant d’études littéraires, elle attire tout particulièrement l’attention sur l’ambiguïté contenue dans ces récits, et sur le rôle décisif joué par celle-ci dans l’efficacité de la parole contestataire. Si ces récits ont autant de succès auprès des militants et sont repris sans cesse, affirme-t-elle, c’est précisément parce qu’ils échouent à expliquer et à spécifier les mécanismes de la mobilisation. C’est l’ambiguïté à propos des agents et des agencements, non leur clarté, qui conduit à l’engagement des participants (ibid. : 138). La structure narrative des récits est ici essentielle, car elle permet tout d’abord d’intégrer les événements passés, présents et futurs, et d’aligner les identités individuelles et collectives pendant les périodes de changement. L’acte d’énonciation permet de donner une dimension collective aux actions militantes à travers la narration, qui parvient à la fois d’agencer les événements dans un certain ordre et de donner des raisons ou motivations à la participation. Le recours à la « mise en intrigue » (emplotment) plutôt qu’à l’explication engage d’autant plus les militants qu’elle exalte l’ambiguïté quant aux causes de l’action collective. En effet, et contrairement à ce qui est affirmé par la perspective des cadres, ce qui « nous accroche, ce qui nous conduit à continuer à écouter ou à lire », c’est souvent la question contenue dans l’histoire elle-même : « est-ce que les événements sont en train d’arriver par hasard ou par intervention divine, intention consciente ou incitation subliminale ? » (ibid. : 140). Une histoire dont la fin est immédiatement connue n’est pas une histoire, et les récits demandent notre participation interprétative, un effort pour remplir les « trous » du récit et résoudre ainsi l’ambiguïté, une « lutte » qui a du sens parce que la fin de l’histoire est conséquente, non seulement dans son résultat final, mais aussi dans le processus qui le précède (ibid. : 140-141).

1.3. Implicite, flou et équivoque dans la parole protestataire

8Dans la suite des arguments de Francesca Polletta, et en plus de l’importance de la structure narrative des discours militants, nous voudrions démontrer ici l’intérêt que peut avoir la sociologie des mouvements sociaux à prendre en considération l’importance de l’ambiguïté, du flou, de l’équivoque et de l’implicite dans l’étude de la parole contestataire, et le rôle joué par ces éléments discursifs dans la formation de l’identité collective des mouvements sociaux. L’analyse du discours considère ainsi par exemple que « le ‘vague’, et tout ce qui contribue à éparpiller la signification (« non-dit », « polysémie »,…) présente (aussi) un intérêt pour les interprétants : le flou n’est donc pas uniquement un problème des énoncés, mais une ressource que la langue offre à ses utilisateurs » (Krieg-Planque 2012 : 153). L’analyse porte donc sur l’identification des « multiples points d’équivocité » (ibid. : 155) d’un texte, de la description de leurs effets discursifs, et de l’interprétation de leurs enjeux. L’ambiguïté « se produit lorsqu’une même phrase présente plusieurs sens et est donc susceptible d’être interprétée de diverses façons » (Charaudeau & Maingueneau 2002 : 33) et peut ici être comprise comme une « alternative entre plusieurs significations mutuellement exclusives associées à une même forme, au sein du système de la langue » (Krieg-Planque 2012 : 162).

9De la même manière, la dimension implicite des récits mobilisateurs, l’implicite étant entendu comme la partie des énoncés qui ne constitue pas en principe et en apparence l’objet premier et véritable du dire (Kerbrat-Orecchioni 1986, Charaudeau & Maingueneau 2002 : 304-306) est peu étudiée par la sociologie des mouvements sociaux. Parmi les différentes formes d’implicite, en partant de la classification établie par Oswald Ducrot et reprise par Catherine Kerbrat-Orecchioni, nous accorderons de l’attention au présupposé et au sous-entendu (Ducrot 1969 ; 1984, Kerbrat-Orecchioni 2012). Le premier peut être défini comme une proposition qui est contenue dans l’énoncé sans être présentée comme l’objet principal du message (Ducrot 1969 ; 1972 : 1-24 ; 1984 : 13-32,), « ce qui est présumé connu du destinataire et ce sur quoi le locuteur s’appuie pour apporter l’information nouvelle » (Krieg-Planque 2012 : 122). Le présupposé représente une ressource puissante dans la mesure où il produit des « effets d’évidence », soustrait les thèses à la critique et impose des points de vue, en permettant au locuteur de « dérober le propos à la discussion » (ibid. : 154). Pour sa part, le sous-entendu, peut être défini comme « une proposition qui peut être extraite d’un énoncé par le destinataire au moyen d’une interprétation ou d’un raisonnement » (145). Le sous-entendu est « rendu possible par l’énoncé », mais « il n’y est pas contenu linguistiquement » ; il met plutôt en avant la « compétence encyclopédique » et la « compétence pragmatique » du destinataire ; il dépend par ailleurs fortement du contexte d’énonciation, et se produit dans l’interprétation (145-46). Il permet d’« accroître la relation de connivence entre les interlocuteurs, favoriser leur complicité », en contribuant à un travail de persuasion (154).

10Pour qu’il y ait récit, Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau identifient trois éléments essentiels, qui permettent de préciser l’analyse de Francesca Polletta et que nous prenons en compte pour la délimitation de notre corpus : la représentation d’une succession temporelle d’actions, la transformation plus ou moins importante de certaines propriétés initiales des actants (qui se réalise ou qui échoue), et enfin, la mise en intrigue qui structure et donne sens à cette succession d’actions et d’événements dans le temps (Charaudeau & Maingueneau 2002 : 484-87).

11Notre objectif est de montrer, à travers l’étude des discours des actions collectives pour la cause des médias en Amérique latine, que ces deux approches (celle des « cadres de l’action collective » et celle des « récits mobilisateurs ») ne sont pas contradictoires, et que la sociologie des mouvements sociaux a tout intérêt à se rapprocher des sciences du langage et notamment de l’analyse du discours pour apporter un nouvel éclairage aux problématiques des luttes de sens au cœur de l’action collective.

2. Méthodologie, choix du corpus et contexte historique

  • 4  Nous entendons « cause » dans le sens de Johanna Siméant, comme un « ensemble de revendications do (...)

12L’analyse est réalisée à partir d’un corpus de revues et de documents militants produits entre 1989 et 2010, collectés dans le cadre d’une recherche en science politique portant sur les organisations militant pour la « cause 4des médias en Amérique latine, et tout particulièrement pour la reconnaissance d’un certain type de radio associative, souvent illégale et persécutée par la police, qui se multiplie dans toute la région latino-américaine pendant les années 1990. Ces organisations militantes peuvent être considérées comme faisant partie des formes de « médiactivisme » ou de « mobilisation informationnelle », définies par Dominique Cardon ou Fabien Granjon comme « les mobilisations sociales progressistes qui orientent leur action collective vers la critique des médias dominants et/ou la mise en œuvre de dispositifs alternatifs de production d’information » (Cardon & Granjon 2010 : 8).

13Comme il est récurrent dans de nombreux mouvements sociaux, malgré leurs efforts pour articuler les actions et expériences radiophoniques éparpillées sur tout le territoire, ces organisations sont traversées par de profondes « luttes de définition » et de « (dé)légitimation » (Ferron 2006) internes, remettant continuellement en cause leur identité collective. Ceci se produit à différentes échelles, certaines associations revendiquant un statut local, régional, national ou même international. Une étude socio-historique du sujet permet d’établir que ces luttes identitaires se produisent dans toute la région latino-américaine, et à différentes périodes du vingtième siècle.  

14En Colombie, ce type de radio est reconnu par l’Etat en 1995 sous la forme juridique des « radios communautaires », le pays devenant ainsi le premier à les légaliser dans la région, ce qui est revendiqué comme étant « une réussite de la mobilisation sociale ».

15A des moments divers, sur une durée totale de quatorze mois, différents supports produits par ces organisations ont été collectés, dont les mémoires et comptes rendus des assemblées générales à différentes échelles (locales, régionales, nationales et internationales) et des revues militantes. Plus d’une centaine d’entretiens ont aussi été réalisés auprès de militants et d’acteurs institutionnels (représentants d’ONG, d’institutions publiques et étatiques, d’organisations internationales) dans cinq régions du pays. Si, dans le cadre de notre thèse, l’analyse portait sur la période 1948-2010, nous nous concentrons ici sur les années 1990, précédant la légalisation. Les références aux périodes antérieures s’appuient cependant sur une analyse généalogique approfondie, dans laquelle un soin particulier a été apporté au repérage des opérations de circulation et de diffusion des mouvements sociaux, dont les éléments récurrents du discours (Guevara 2013).

  • 5  Alice Krieg-Planque insiste sur le fait que « chaque langue dessine ses propres points d’ambiguïté (...)

16Sur l’ensemble du corpus, qui est en espagnol5, nous avons retenu quatre articles, typiques des récits mobilisateurs qui peuvent être retrouvés sur différents supports militants. Tous ont été prononcés par des leaders ou des porte-parole des organisations militantes, et sont essentiellement destinés à des militants. Les deux premiers textes ont été publiés pendant la période d’intense mobilisation pour la radio communautaire en Colombie (1989-1995). Le troisième a été publié quelques mois après sa reconnaissance légale, tandis que le dernier texte a paru quinze ans après, dans une revue militante internationale. Pour étayer notre démonstration, nous faisons par ailleurs référence à un article d’une revue militante, dont la rédaction et le contenu s’opposent à ce même type de récit mobilisateur. Ainsi, nous nous proposons d’étudier les mécanismes discursifs présents dans les documents, mais aussi leurs conditions de production et de réception. Ceci nous permettra de mettre en évidence certaines des opérations de construction collective des revendications sociales et leurs paradoxes.

3. La construction discursive des récits mobilisateurs

3.1. Créer de l’unité

3.1.1. Enumération et occurrences d’adjectifs dénominaux

17Incontournable dans le corpus, l’énumération d’adjectifs dénominaux ou de locutions adjectives pouvant potentiellement servir à désigner un média ou une forme d’action collective qui fait appel aux médias, est un premier procédé discursif créateur d’équivoque. On peut l’observer dans un discours prononcé par un invité étranger de marque, le directeur de l’Association Mondiale des Radios Communautaires en Amérique latine, lors d’une « Rencontre nationale de médias communautaires » qui a lieu en 1995 au nord-est de la Colombie :

Quand est-ce que ce mouvement a commencé ? Eh bien… nous avons presque 50 ans et vous, les Colombiens, devez être fiers du Mouvement de la Radiodiffusion Communautaire, populaire, éducative, libre, participative, locale, citoyenne, interactive - appellations données à ce mouvement. L’origine en Amérique latine de la Radiodiffusion Communautaire, c’est la Colombie. C’est la Colombie la matrice, c’est la Colombie l’inspiratrice, parce que c’est en Colombie, vers les années 1947, qu’un curé, José Joaquin Salcedo, à Boyaca, à Sutatenza, l’habile Padre Salcedo, en bon curé, le Padre Salcedo a dit : « ça alors ! mais la radio est arrivée avant mon cheval Calife ! » […] (Lopez Vigil 1995 : 24).

18Superposés au singulier sous la forme d’une liste inachevée et donc potentiellement ouverte (et fermée) à d’autres interlocuteurs dont le nom n’est pas cité, ces adjectifs sont ainsi classés dans une catégorie unique d’« appellations données à ce mouvement », entre lesquelles une relation d’équivalence est présupposée.

19Prononcé oralement devant un public très hétérogène d’expériences médiatiques, ce type de discours concilie la diversité de ses destinataires, gomme les différences importantes entre « types » de médias présents, et ceci à plusieurs niveaux. Le segment « vous, les Colombiens, devez être fiers du Mouvement » contient ainsi plusieurs sous-entendus, qui ne sont vérifiables qu’en connaissant le contexte énonciatif : certains des individus et groupes présents peuvent ne pas se sentir militants, ni fiers, ni penser faire partie d’un même mouvement latino-américain. En effet, une étude généalogique des occurrences et de la circulation de chacun de ces adjectifs dans l’ensemble du corpus permet d’observer que, contrairement à ce qu’affirme l’orateur, l’usage de chacune de ces « appellations » est situé dans l’espace et dans le temps, et désigne parfois des factions opposées de militants.

20A titre d’exemple, le mot « libre » est courant au Brésil pour désigner un certain type de radios militantes pendant les années 1980, mais n’est que peu repris dans d’autres pays latino-américains, contrairement au mot « populaire », fréquent dans toute la région à partir des années 1970 dans le cadre d’intenses mouvements sociaux marqués idéologiquement à gauche du spectre politique. Ensuite si les militants des « radios populaires » se considèrent des héritiers des radios « éducatives » des années 1950 et 1960, ils entretiennent des rapports conflictuels avec les promoteurs des radios « communautaires », qui se développent surtout à partir des années 1980 et 1990 en Amérique latine, suite à la crise du communisme et à la fin de la Guerre Froide. Ces différences sont générationnelles mais aussi profondément idéologiques, impliquant des conceptions opposées de l’activité militante et des « usages sociaux » du média.

21Il est par ailleurs reproché aux militants des radios « communautaires » de faire appel à une appellation importée de l’étranger pour se désigner, comme en témoigne l’extrait d’un article d’une militante historique des radios populaires, publié dans la revue Chasqui :

Je lis avec attention un livre publié par le CIESPAL : « Radio passionés » : 21 expériences de radio communautaire dans le monde. Je cherche dans ses préfaces des pistes qui me permettent de sortir de la perplexité que je ressens quand je trouve, sous cette dénomination, le récit d’expériences radiophoniques que j’ai toujours connues comme populaires. Des pistes pour dissiper la surprise causée par les mots de […] l’éditeur du volume : « Il est possible de dire que les premières expériences de radios communautaires ont débuté en Amérique latine il y a presque un demi-siècle… », alors qu’en réalité, cela ne fait même pas une décennie qu’on entend parler de cette désignation sur nos terres (Mata 1993 : 57).

22L’affirmation de cette militante, selon laquelle l’utilisation du qualificatif « communautaire » pour désigner la radio serait récente, est confirmée par l’étude des ses occurrences dans le corpus. De plus en plus récurrente à partir du début des années 1980, il apparaît comme étant associé à la multiplication de « radios communautaires » au Canada, plus particulièrement au Québec, et à la création d’une Association Mondiale des Radios Communautaires en 1983 (à Montréal). Ayant des prétentions internationales, cette organisation organise plusieurs « congrès », dont un au Nicaragua en 1988. Celui-ci débouche sur la création d’une filiale latino-américaine d’AMARC en 1990. Mais l’adjectif n’est toujours pas consensuel parmi les groupes militants.

3.1.2. Débats taxinomiques : une « extension de cadre » ?

23Au-delà des enjeux organisationnels que cette « bataille des étiquettes » (Gumucio-Dagron 2001 : 5) implique, la perspective des « cadres » se révèle ici très utile pour analyser le débat taxinomique qui se produit entre militants. Chacun des qualificatifs, effectivement porté stratégiquement par un ensemble de militants plus ou moins organisés dont il est possible de retracer les échanges d’arguments contradictoires, peut être compris comme faisant partie d’un processus de « cadrage de l’action collective », visant à l’orienter les participants et à leur fournir un principe interprétatif légitimant l’intérêt de l’action. L’abandon de l’étiquette « populaire » au profit de « communautaire » peut être compris comme une opération de « transformation de cadre » (Snow & Benford 1992 : 474), permettant de redéfinir les activités, les événements et les biographies qui ont déjà un sens du point de vue d’un cadrage primaire, en les rendant compatibles avec un autre cadrage, correspondant mieux aux bouleversements politiques qu’entraîne la fin de la Guerre Froide et aux changements qui se produisent dans la perception des militants par rapport à cette situation (ibid.).

24En termes de ressources militantes, cette transformation de cadres permet également aux organisations de s’associer à des alliés puissants et de donner une nouvelle dimension internationale à une unique « cause » commune, regroupée sous une appellation générique,  le « Mouvement de la Radiodiffusion Communautaire », désigné au singulier et en majuscules dans le compte-rendu de discours cité, ainsi que dans la phrase suivante. A travers cette répétition, le mot « communautaire », auparavant équivalent aux autres adjectifs associés aux médias, acquiert un nouveau statut. Moins connoté à gauche que le mot « populaire », le « communautaire » est associé en Amérique latine au registre des « affaires municipales » et à des pratiques sociales indigènes datant d’avant même la colonisation. Ce mot entre à la fois en résonance avec des discours militants autogestionnaires et avec des discours encourageant la « participation citoyenne » promus par de nombreux Etats latino-américains en crise pendant les années 1980-1990, permettant le fameux « alignement » de cadres nécessaire pour son succès.

3.2. Échouer à définir la nature de la mobilisation

25Il est cependant possible de démontrer que le succès de ce « cadrage », apparemment clair et précis, tient moins aux découpages taxinomiques, aux éléments d’identification et de diagnostic de la situation, qu’aux nombreux éléments implicites, ambigus et équivoques contenus dans le discours.

3.2.1. Présupposés et sous-entendus

26Revenons une nouvelle fois à l’énumération taxinomique et à son contexte d’énonciation : la liste des participants à l’événement permet de confirmer que le discours est prononcé devant un public très hétérogène, dont le degré d’implication et de connaissance du « milieu » de la radio militante est très inégal. Si certains participants sont au fait des profondes luttes de définition et de (dé)légitimation qui traversent historiquement les « mobilisations informationnelles », d’autres découvrent le potentiel militant d’une activité médiatique, et représentent de potentielles recrues à rallier à la « cause ».

27L’énoncé contient un présupposé de taille, une thèse soustraite à la contestation par sa formulation même (Krieg-Planque 2012 : 131-132), celle de l’existence d’ « un » mouvement social consacré à la radiodiffusion : « Vous, les Colombiens, devez être fiers du Mouvement de la Radiodiffusion […] ». Dans cette thèse sont contenues deux énoncés difficiles à prouver empiriquement: d’une part l’existence d’actions collectives médiatiques, assez organisées et structurées pour pouvoir être considérées comme des « mouvements sociaux » ; d’autre part, l’homogénéité de ces actions collectives, et leur orientation vers une même « cause » commune.

28Enumérée juste après, la suite d’adjectifs qualificatifs représente à la fois un sous-entendu, qui s’adresse à ceux qui détiennent les informations nécessaires pour décoder le contexte de la polémique, et un procédé habile pour inclure les profanes, auxquels l’orateur fournit une longue liste de caractéristiques à laquelle ils peuvent s’identifier, en mettant l’accent sur l’activité militante sans vraiment définir en quoi elle consiste, ni ce qui est nécessaire pour la réaliser. Tout se passe comme si c’était l’existence « du » mouvement lui-même qui était « la » cause.

3.2.2. La formule « radio + adjectif »

29En ce sens, l’expression « radio + adjectif » peut ici être considérée comme une « formule », au sens d’Alice Krieg-Planque, soit comme « un ensemble de formulations qui, du fait de leurs emplois à un moment donné et dans un espace public donné, cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire » (2003 : 7). Le substantif « radio » entre ainsi « en polémique » à l’occasion de sa conjonction avec un adjectif. L’étude de la circulation de cette formule entre 1948 et 2010 permet ainsi de montrer que la période entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990 représente une de ces « zones de turbulences » du syntagme, pendant lesquelles « la vie d’un mot s’intensifie » (Krieg-Planque 2003 : 24), et il occupe une place accrue dans le débat public. Si l’expression « radio + adjectif » permet aux militants de s’identifier comme faisant partie d’un même groupe, c’est le sens de l’adjectif auquel le média est accolé qui pose problème pendant cette période. En s’imposant « comme un remède » (26) pendant les années 1990 (dont la consécration reste sans doute sa légalisation par décret en 1995 en Colombie), la formule « radio communautaire » se généralise et est reprise par de nombreux acteurs, et « se dilue dans une polysémie généralisée », dans ce qui peut être qualifié comme une « évaporation de la signification » (ibid).

30En effet, il ne s’agit pas uniquement ici de faire disparaître ce qui oppose des groupes de militants déjà constitués. Les énumérations et superpositions d’éléments destinés à qualifier les radios, dans d’autres textes du corpus, permettent d’observer le rôle mobilisateur de ces discours, visant à rallier de nouveaux militants et à créer une identité collective permettant de transformer une simple expérience d’amateur des médias, artisanale, en expérience de militant.

31Ainsi, dans de nombreux textes, c’est sous la forme de propositions relatives déterminatives que sont désignées les expériences radiophoniques. Un exemple est celui d’un article publié en 1996 dans un livret militant :

un jeune qui transmettait à travers des haut-parleurs les matchs de football de son quartier et qui remplissait d’informations les week-ends à Ciudad Bolivar, au sud de Bogota ; le créateur enthousiaste de La Voz de Tamalameque ;l’expérience déjà consolidée d’Amalfi ; les radios des universités Javeriana et Jorge Tadeo Lozano ; les expériences de la Radio Nationale (Beltran 1996 : 22).

32A quoi ressemble exactement une radio communautaire ? Ces accumulations de propositions relatives déterminatives entretiennent le flou quant aux critères permettant de la définir : ainsi, ni l’âge des participants, ni la technique utilisée, ni l’expérience, ni l’état d’avancement du projet, ni le contenu diffusé, ni le type d’acteurs, ni le lieu de diffusion ne permettent de décrire précisément en quoi elle consiste.

3.3. Échouer à définir les origines de la mobilisation

33Si les récits mobilisateurs entretiennent soigneusement le flou sur ce qu’est une radio communautaire et en quoi consiste son activité militante, ils échouent aussi stratégiquement à définir les origines de la pratique et de la mobilisation collective.

  • 6  Sur ce débat, voir par exemple Calhoun (1993).

34Faire des recherches sur « un » mouvement social ou sur des actions collectives conduit inévitablement à se questionner sur son point de départ, sur « l’étincelle », l’élément déclencheur qui a conduit des individus auparavant passifs à entreprendre une action collective, malgré l’irrationalité apparente de cette initiative. La question de la « nouveauté » et de l’« ancienneté » des formes d’action collective traverse une grande partie de la littérature en sociologie des mouvements sociaux6.

35Cependant, contrairement aux « nouveaux mouvements sociaux » qui ont cherché à imposer une argumentation renforçant le mythe de leur « immaculée conception » (Taylor 1989 : 761), les militants des radios communautaires en Amérique latine mettent plutôt l’accent sur une série de références historiques afin d’affirmer la continuité du « mouvement », certains discours présentant cette activité comme la suite logique d’une pratique ancestrale de communication.

36Les dates et les références historiques constituent un autre élément indissociable des récits mobilisateurs des militants de radio communautaire. Répétés sans cesse, autant dans les textes écrits qu’au début des entretiens semi-directifs, la récurrence des indicateurs temporels utilisés dans ces récits par des interlocuteurs pourtant fortement dispersés géographiquement, nous a conduits à confronter les différentes versions des faits et la construction de ces recensions historiques des actions collectives. Deux moments clés, l’année 1948 et la période comprise entre 1989-1995 étaient évoqués, de manière simultanée et dans les mêmes textes, comme étant le point de départ de la même forme d’action collective.

3.3.1. Flou et équivoque : la saturation d’éléments et de connecteurs temporels

37L’étude des connecteurs temporels et des indicateurs de temps contenus dans le corpus conduit tout d’abord à souligner une nouvelle fois l’imprécision et le flou par rapport à ceux-ci, comme en témoigne le premier extrait cité. Généralement associés à des mots dont le sens même implique une incertitude, comme les adverbes « presque » ou « environ », les indicateurs de temps entretiennent le flou sur le début exact du mouvement. Il est aussi souvent fait référence aux décennies, plutôt qu’à des dates claires. Lorsque des indicateurs temporels précis sont cités, c’est la disposition de ceux-ci dans le récit, et leur diversité (il est question de jours, de mois, d’années et de décennies dans un même paragraphe) qui permettent de saisir le mécanisme conduisant à créer de l’équivoque, et donc susceptible d’être interprété de plusieurs façons. Ce procédé est particulièrement observable dans cet extrait d’un article publié dans la revue 1,2, 3 Probando en 1995 :

C’est en 1947 lorsque les colombiens avons eu à faire le premier pas dans l’histoire latino-américaine des radios communautaires. Cette année-là est née Radio Sutatenza, notre ancêtre. 42 années après, nous avons aussi été les premiers à lamenter son enterrement. En février de cette année-là ses ondes n’ont plus été diffusées et ont commencé à faire partie de l’histoire.
Pourtant, cette histoire a laissé un exemple digne d’être suivi. Dans beaucoup de villages colombiens, de façon spontanée, les gens, le curé, le leader communal, la dame de la soupe communautaire, ou n’importe quel autre de ses habitants, ont commencé à tester de petits émetteurs. Comment est-ce que ce serait d’entendre sa propre voix dans la radio du voisin ? Dans les années 70 a émergé un mouvement fort de communication populaire qui, en accord avec la tendance de l’époque en Amérique latine, cherchait des espaces alternatifs d’expression et de communication plus participative.
Dans la décennie 1980, émergent et disparaissent beaucoup d’expériences sans qu’elles puissent marquer leur passage sur le spectre [radiophonique]. […]
Pourtant, les radios communautaires ont commencé à faire partie de la nouvelle vie colombienne, celle qui croit à la paix et à l’importance du bien vivre. C’est pour cela que, à peine cinq mois après la fermeture de la radio Sutatenza, plus de cent personnes se sont réunies dans l’enceinte de Quirama, près de Medellin, dans la première rencontre Nationale de Radio Communautaire et Culturelle. A partir de cette rencontre, la nécessité d’impulser un cadre légal pour ces radios a été démontrée.
Cette même année, le Gouvernement colombien a approuvé la loi 72 de 89 avec laquelle il a été possible de modifier la structure interne du Ministère des Communications. Cette loi a été prise [d’assaut] par plusieurs ONG et programmes de développement de l’Etat et a servi à convoquer toutes les expériences novatrices de communication qu’il y avait dans le pays […]
En août 1994, le Ministère des Communications réglemente pour la première fois le service de radiodiffusion communautaire grâce au décret 1695, fruit d’une proposition discutée et concertée par des représentants de radios, ONG et institutions de tout le pays. Finalement, en septembre de cette année le Ministère publie trois autres décrets, dérogeant l’antérieur, et réglementant la radiodiffusion sonore en général, dans lesquels est consacré un chapitre spécifique aux radios communautaires.
Le défi est, à partir de maintenant, d’obtenir une loi, car un décret peut être facilement changé. Une loi signifie aller au Congrès de la République, séduire les autres et réussir que notre travail suive le chemin que la légalité juridique de la démocratie exige. C’est pour cela qu’aujourd’hui plus que jamais, la loi est urgente, parce que ce décret n’est qu’une instance intermédiaire. (Chain 1995 : 24)

  • 7  Dans son analyse des récits, Francesca Polletta utilise la notion d’« ellipse » dans un sens large (...)

38Grâce à une narration qui se voudrait chronologique mais confond les différentes temporalités (deux paragraphes concernant les années 1970 et 1980 sont introduits entre deux paragraphes qui concernent uniquement l’année 1989), l’auteur crée une histoire efficace, qui conduit à comprendre le « médiactivisme communautaire » comme un mouvement de longue haleine dans lequel l’engagement des acteurs a été constant. Ceci est permis grâce à une ellipse7 placée au début du récit, identifiable dans la proposition « 42 années après ». Cette proposition supprime autant la référence explicite à une année précise, que la mention de l’événement qui donne son importance à cette date, en créant une continuité entre 1947 et 1989. Ce récit est pourtant équivoque, car une toute autre lecture, qui mettrait en évidence l’importante discontinuité entre les étapes (notamment entre 1947 et « les années 1970 ») est également possible.

39Tous les éléments sont pourtant présents dans le texte pour permettre au lecteur de reconstruire la chronologie, mais il lui est demandé de faire un effort pour replacer les éléments dans l’ordre. La première fois qu’il est fait référence à l’année 1989, c’est grâce à un énoncé contenant un chiffre, qui demande au lecteur de faire un calcul mental (1947 + 42). Ceci arrive également la deuxième fois que l’année 1989 apparaît dans le discours, « à peine cinq mois après la fermeture de Radio Sutatenza ». Elle est enfin citée mais de façon tronquée, et en complément d’un document juridique (« la loi 72 de 89 »). La nature même du projet de Radio Sutatenza, qui résiste héroïquement pendant « 42 ans », n’est pas expliquée, tout comme les raisons de sa disparition. L’établissement d’un lien affectif avec la radio à travers les pronoms, l’attribution d’un lien de filiation avec les radios communautaires (« notre ancêtre ») crée un effet de continuité, tout en délivrant une série d’éléments présumés connus par certains destinataires.

3.3.2. Des omissions éliminant l’opposition entre spontanéité et organisation

40En omettant tout élément qui permette de comprendre comment « on » passe de la disparition de Radio Sutatenza au mouvement de communication populaire, puis à l’émergence spontanée de radios dans tout le territoire, puis à la dynamique de légalisation conduite par des « ONG et programmes de développement de l’Etat », l’auteur élimine l’opposition entre « spontanéité » et « organisation ». La spontanéité est valorisée et mise en avant car elle est immédiate, expressive, moralement forte, mais elle est aussi synonyme d’une action non-stratégique et non-politique (Polletta 2006 : 45). Pourtant elle ne s’oppose pas, dans ce cas précis, à la planification et à la participation d’organisations et de projets de développement de l’Etat, qui ne sont pas là pour contrôler le mouvement, mais pour essayer de coordonner les efforts. Même si les radios communautaires ont des « ancêtres », elles apparaissent de façon spontanée pendant les années 1990, poussées par une sorte de mouvement irrésistible qui les conduit à émerger encore et encore, en 1947, pendant les années 1970, pendant les années 1980, les conduisant à l’apogée de la réunion de « Quirama », dont les connecteurs temporels permettent de saisir qu’elle a lieu pendant cette fameuse année 1989.  Ce n’est qu’après  que la coordination organisationnelle se déclenche.

41Pourquoi entretenir l’ambiguïté quant aux débuts « officiels » des mobilisations pour les radios communautaires ? Il est possible d’affirmer qu’en plus de la légitimité que l’effet de spontanéité confère au récit mobilisateur, le statut plutôt ambigu des « coordinateurs interinstitutionnels » qui construisent ces récits joue un rôle important.  

42En effet, l’auteur de cet extrait de 1,2,3 Probando fait d’autre part apparaître, sans jamais la mentionner explicitement, la tension existante, au sein même des institutions étatiques, entre groupes d’acteurs, notamment grâce à l’enchaînement sans transition de deux phrases au sujet de l’adoption, puis de l’abrogation par le Ministère des Communications, d’un décret reconnaissant légalement la catégorie de « radio communautaire ». L’adverbe « finalement » omet ce qui conduit le Ministère à annuler la première norme, pourtant « discutée et concertée » avec des acteurs de « tout le pays ». En désignant les acteurs qui abrogent le décret par leur lien générique d’appartenance à une institution exécutive abstraite (« le Ministère »), alors que certaines des personnes écrivant dans la revue 1,2,3 Probando travaillent pour celui-ci, l’auteur s’en exclut et exclut une partie de ses fonctionnaires et employés, qui se trouvent plutôt « du côté des radios et des ONG », faisant ainsi partie d’un groupe précis qui n’est pas en connivence avec la direction du Ministère qui prend les décisions.

43Ainsi, même dans le cas des textes mobilisateurs construits sous la forme d’une description linéaire des faits, il est possible d’identifier des procédés bouleversant la chronologie, et entretenant le flou sur l’origine même de la mobilisation. Cette ambiguïté est identifiable dans le temps, mais aussi dans l’espace, comme il sera maintenant démontré.

3.4. Échouer à définir l’échelle du mouvement social

44Si les récits mobilisateurs sont ambivalents par rapport au déroulement même de « l’histoire » des actions collectives dans le temps, ils le sont aussi par rapport à leur spatialisation et à leur échelle géographique.

3.4.1. Saturation d’éléments spatiaux et effets de quantité

45Notre premier extrait permet à nouveau de repérer comment se construit l’ambiguïté dans le récit. Selon un mécanisme similaire à celui de l’accumulation d’indicateurs temporels appartenant à des catégories de mesure distinctes mais liées entre elles, les récits superposent les échelles géographiques dans un même énoncé. Ainsi, en deux phrases, un passage est fait de l’échelle régionale internationale (l’« Amérique latine ») à l’échelle nationale (« la Colombie »), départementale (« Boyaca », département colombien), et enfin locale (« Sutatenza », un village du département de Boyaca). La récurrence de ce procédé dans l’ensemble du corpus de textes produit par des militants de longue date, par contraste avec les récits évoqués par les non-militants, permet d’établir qu’il s’agit bien d’un procédé volontaire.

46L’anaphore sur la Colombie introduit l’équivoque quant à la nature même du phénomène qui s’y produit, suggérant une circulation rapide de l’action collective. Si l’initiative mobilisatrice est attribuée à un seul individu, le fait qu’il soit désigné cinq fois de suite par des formulations différentes séparées par une virgule (différentes combinaisons des mots désignant son métier « curé », son nom (complet ou tronqué), son statut de « Padre » (père), ses qualités « habile, bon ») créé un effet de quantité. Enfin, dans l’énoncé exclamatif, l’analogie entre un phénomène naturel aussi abstrait que celui des ondes radiophoniques et la course d’un cheval renforce cet effet de mouvement, de circulation et d’ubiquité. Il existe un phénomène de saturation d’éléments géographiques et spatiaux.

3.4.2. Confusions spatiales et création du lien entre le local et le national

47Ce procédé se retrouve dans de nombreux textes du corpus, comme dans l’article écrit par un important militant de la cause de la radio communautaire en Colombie, le directeur de l’organisation nationale SIPAZ, dont sont membres bon nombre des médias communautaires du pays. L’article paraît en 2009 dans la revue régionale d’AMARC-Amérique latine, dont il est le représentant en Colombie. Il y propose un récit militant rétrospectif de la première « rencontre » des radios communautaires du pays :

Plus de cent expériences de radio communautaire se sont donné rendez-vous en août 1989, dans un endroit nommé Quirama, près de Medellin. De cette réunion nous gardons le souvenir de la fête et du deuil, ces deux cérémonies qui en Colombie semblent siamoises. La joie d’une rencontre où nous avons partagé avec le Réseau de radios du Pacifique, avec les radios indigènes du Cauca, avec la radio qui a une licence commerciale mais une vocation communautaire Amalfi, avec les fous merveilleux de Bucaramanga, avec les jeunes de Ciudad Bolivar. Le deuil car, pendant  que nous terminions la journée de travail du 18 août, le candidat présidentiel Luis Carlos Galán a été assassiné. La même chose arriva peu de mois après avec les candidats de gauche Carlos Pizarro et Bernardo Jaramillo, et Jaime Pardo Leal était déjà tombé en 1987. Cela a été la pire campagne électorale de toute notre histoire : quatre candidats assassinés.
À Quirama, nous avons su que le rôle de la radio serait de raconter autant la douleur que l’espoir. Ne pas laisser les armes effacer les idées et ne pas permettre que la peur grandisse au delà de l’espoir. [Il fallait] faire une déclaration en faveur de la radio communautaire pour demander la reconnaissance de l’Etat. […] Nous sommes sortis de là sûrs que cela ne serait pas facile, mais aussi que nous allions réussir à le faire (Beltran 2009 : 18).

48Ce récit est performatif, dans la mesure où son énonciation même donne une dimension véritablement collective et nationale à la réunion d’un groupe de radios en août 1989, plaçant le lecteur devant le fait accompli. Il y est ainsi possible d’identifier tous les éléments déjà analysés précédemment, et la saturation d’éléments géographiques de différentes échelles. Comme dans un autre des extraits étudiés, il est fait mention d’un lieu particulier de réunion, « Quirama », où « tout aurait commencé ». « A Quirama, il a été mis en évidence que la radio communautaire existait et ce fait a marqué le point de départ de quelque chose de nouveau », écrit aussi ce porte-parole (Beltran 1996 : 23).

49Cependant, les propositions accompagnant le nom du lieu de cette réunion initiale entretiennent le flou (et presque le mystère) sur sa localisation exacte, Quirama étant décrite comme « un endroit », « une enceinte », située « près de Medellin » (une importante ville colombienne), alors qu’il s’agit d’un grand centre de conférences et d’un hôtel situés dans un village à cinquante kilomètres de la troisième ville du pays, où ont aussi lieu des réunions d’affaires. Aucun détail n’est cependant donné dans les différents récits sur les aspects logistiques ni physiques de cet événement, ni sur les déplacements des participants dans un pays pourtant très accidenté géographiquement.

50Omettant d’expliquer comment s’opère le passage de l’émergence de différents types médias dans les quatre coins du pays (issus autant de « quartiers » urbains que de zones rurales, de « campagnes ») au déplacement des représentants de plus de cent radios soudainement devenues « communautaires », dans un village du département d’Antioquia en 1989, le leader inscrit cependant cette réunion dans le contexte politique national. Si cette année-là est particulièrement riche pour ce type de médias en termes organisationnels, elle est aussi très dure pour la Colombie, marquée par la « guerre sale » des narcotrafiquants, dont le paroxysme est l’assassinat du candidat libéral aux élections présidentielles Luis Carlos Galán, le 18 août, alors que la « rencontre de Quirama » décrite par ce militant bat son plein. La « fête » locale et le « deuil » national font ainsi partie du récit des militants des radios communautaires sur leur vécu et évoquent une dynamique particulière d’articulation entre le local et le national, légitimant une mission « héroïque », d’intérêt général et périlleuse dans un contexte national répressif, celle de « raconter autant la douleur que l’espoir » d’un pays entier.

3.4.3. Se mobiliser contre qui? Entretenir le flou quant à la cible de la mobilisation

  • 8  Alors que ces acteurs du conflit armé colombien sont particulièrement nombreux : guérillas, parami (...)
  • 9  Au sujet de l’opposition entre « membres » et « challengers » de l’État, voir par exemple McAdam, (...)

51Notons cependant que la construction du pathos lui-même, est ambiguë : en effet, les éléments suggérant un débordement d’émotions sont simultanément de l’ordre de la joie, de l’espoir, de la rage et de la tristesse profonde. Par ailleurs, si les « armes » sont bien présentes et plusieurs assassinats ont eu lieu, il est intéressant de noter qu’aucune mention n’est faite des acteurs responsables de cette violence8, latente et géographiquement omniprésente par l’absence d’éléments permettant d’en identifier la source, d’identifier « l’ennemi », « l’autre ». La figure de « l’Etat », essentielle dans la définition même du mouvement social selon des auteurs tels que Charles Tilly (le mouvement social se définissant par son opposition à l’Etat)9, apparaît beaucoup plus diffuse, la cause du mouvement social étant multiple.

52Le récit mobilisateur échoue donc non seulement à préciser la dimension géographique de l’action collective, mais également ses adversaires et la nature de sa cause. Véritable phénomène de contagion, tout se passe comme si la diffusion des radios communautaires était inévitable.

4. Circulation et diffusion spontanée de l’action collective

Mais… où est restée la Colombie ? […] Dans toute l’Amérique latine, il y avait une série de fermentations de la radio et de la télévision communautaires, et il semblait que la Colombie était endormie. Non ! Elle n’était pas endormie, elle accumulait des forces parce qu’aujourd’hui nous avons en Colombie, malgré des bâillements, nous avons un tas d’expériences dans tout le paysage colombien […] » (Lopez Vigil).

  • 10  « It was like a fever… » en anglais.

53« C’était comme une fièvre… »10 : des équivalents de l’expression de Francesca Polletta, tels que la référence à « l’effervescence », à la « fermentation », à la « folie », à la « spontanéité » et au trop plein d’émotions déclenchées par la prise de conscience de la dimension collective de l’action, donnant passage à sa contagion et à sa diffusion, sont décelables dans l’ensemble des récits mobilisateurs pour la cause des radios communautaires étudiés, comme dans ce dernier extrait, qui fait aussi partie du discours prononcé par le leader lors de l’événement international pour les radios communautaires de 1995. Succession temporelle d’actions, transformation des propriétés initiales des actants et mise en intrigue des récits sont permises par des procédés discursifs brouillant constamment les origines et l’importance du mouvement.  La construction du pathos s’opère grâce à des exclamations, des interjections et des interrogations, et à travers la métonymie « la Colombie » (le nom du pays étant utilisé pour désigner l’ensemble des militants), le territoire tout entier se retrouve personnifié et devient un personnage de l’histoire, permettant d’unifier les expériences éparses.

54A travers la comparaison d’entretiens réalisés auprès des militants qui adhèrent a posteriori aux organisations collectives, il est ainsi possible d’apprécier que ce ne sont pas uniquement les éléments identitaires de cadrage (tels que les noms, les dates, les lieux, les motivations de la mobilisation) qui circulent, mais aussi la structure même des récits. Ce sont ainsi les mêmes procédés multiplicateurs de sens, créateurs d’équivoque et d’ambiguïté, les mêmes types d’ellipses, que nous avons pu recenser auprès des militants des radios dans différentes régions du pays, même si celles-ci sont géographiquement éloignées.

Conclusion

55Flou, équivoque et implicite apparaissent donc comme des éléments essentiels des récits mobilisateurs pour la cause des médias en Amérique latine, et tout particulièrement en Colombie, au début des années 1990. Grâce à une narration qui brouille les repères de temps et d’espace, ainsi que l’identité des acteurs impliqués malgré les profonds clivages entre ceux-ci, et le sens même de leur action, les militants créent un récit inclusif, fédérateur et légitimateur efficace, qui permet de faire tenir ensemble spontanéité et organisation, ancienneté et nouveauté, expérience et amateurisme, échelle locale et échelle internationale, fragmentation et unité. Ils s’inscrivent ainsi dans la démarche « agglutinatrice » propre à la « nébuleuse altermondialiste » (Agrikoliansky, Fillieule & Mayer 2005 : 35), qui permet aux acteurs les plus hétérogènes de cohabiter et d’assister au même forum international militant. L’ambivalence est donc un élément essentiel de la parole protestataire dans ce contexte, et « l’aptitude à produire ou à recevoir de l’équivoque » apparaît comme une compétence essentielle pour les militants (Krieg-Planque 2012 : 156).

56La combinaison d’outils théoriques et méthodologiques de la sociologie des mouvements sociaux et de l’analyse du discours permet ici de montrer la complémentarité de certaines approches comme celle des cadres et des récits de l’action collective, et d’apporter un nouvel éclairage aux questions de production du sens dans les mobilisations sociales. L’analyse des dimensions implicites et équivoques de la parole protestataire peut permettre de comprendre l’articulation complexe entre « spontanéité » et « organisation », entre « nouveauté » et « ancienneté » des mouvements sociaux dans les processus de formation d’identités collectives.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Beltran, Mauricio. 1996. Los caminos de la radio comunitaria, Proyecto de comunicacion para la infancia y la mujer, Proyecto Enlace (Bogota : Ministerio de Comunicaciones)

Beltran, Mauricio, 2009. « La revolucion sonora », Cara y señal, Revista de Amarc-ALC, 11

Chain, Ivan Dario. 1995. « Qué proceso tan legal !!!  »; 1,2,3 Probando 3 (Octobre), ENDA, Colcultura, Proyecto Enlace, 24

Lopez Vigil, José Ignacio. 1995. « Les chemins de la radio communautaire », discours prononcé lors de la Rencontre Internationale des Radios Communautaires de Bucaramanga en 1995, publié dans les Memorias del IV encuentro nacional de radio comunitaria (Bucaramanga : UNAB)

Mata, Maria Cristina. 1993. « Radio popular o comunitaria ? », Chasqui 47, Ciespal, 57-59

Ouvrages et articles scientifiques

Adler, Silvia. 2012. Ellipse et régime des prépositions françaises (Louvain : Éditions Peeters)

Agrikoliansky, Eric, Olivier Fillieule & Nonna Mayer. 2005. L’altermondialisme en France. La longue histoire d’une nouvelle cause (Paris : Flammarion)

Benford, Robert. 1993. « Frame Disputes within the Nuclear Disarmament Movement », Social Forces 71 : 3, 677-701

Benford, Robert. 1993. « “You Could Be the Hundreth Monkey”: Collective Action Frames and Vocabularies of Motive within the Nuclear Disarmament Movement », The Sociological Quarterly 34 : 2, 195-216

Benford, Robert & Scott Hunt. 1992. « Dramaturgy and Social Movements : the Social Construction and Communication of Power », Social Inquiry 62 : 1, 36-55

Benford, Robert, David Snow, Burke Rochford & Steven Worden. 1996. « Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review 51 : 4, 464-481

Calhoun, Craig. 1993. « ‘New Social Movements’of the Early Nineteenth Century », Social Science History 17 : 3, 385-427

Cardon, Dominique & Fabien Granjon. 2010. Médiactivistes (Paris : Presses de Sciences Po)

Charaudeau, Patrick & Dominique Maingueneau. 2002. Dictionnaire d’analyse du discours (Paris : Seuil)

Contamin, Jean-Gabriel. 2011. « Cadrages et luttes de sens », Eric Agrikoliansky, Olivier Fillieule, Nonna Mayer (éds), Penser les mouvements sociaux (Paris : La découverte), 55-75

Ducrot, Oswald. 1984. Le dire et le dit (Paris : Minuit)

Ducrot, Oswald. 1972. Dire et ne pas dire, Principes de sémantique linguistique (Paris : Hermann)

Ducrot, Oswald. 1969. « Présupposé et sous-entendus », Langue française 4, 30-43

Ducrot, Oswald. 1968. « La description sémantique des énoncés français et la notion de présupposition », L’homme 8 : 1, 37-53

Ferron, Benjamin. 2006. « Les médias alternatifs : entre luttes de définition et luttes de (dé)légitimation », 8e colloque Brésil-France, Institut de la communication et des médias, Université Stendhal, Grenoble

Gamson, William. 1992. Talking Politics (New York : Cambridge University Press)

Gamson, William & Andre Modigliani. 1989. « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power: a Constructionist Approach », American Journal of Sociology 95 : 1, 1-37

Guevara, Erica. 2013. ‘Si tu veux du sang et des balles, tu n'as qu’à zapper sur une autre radio’: émergence, institutionnalisation et formes d’appropriation des radios communautaires en Colombie, 1948-2010, thèse de doctorat, Sciences-Po, Paris

Gumucio-Dagron, Alfonso. 2001. « Call Me Impure : Myths and Paradigms of Participatory Communication », Papier présenté à la pré-conférence de l’ICA « Our media, not theirs », Washington DC

Hunt, Scott & Robert Benford. 1994. « Identity Talk in the Peace and Justice Movements », Journal of Contemporary Ethnography 22 : 4, 488-517

Johnston, Hank. 1995. « A Methodology for Frame Analysis : from Discourse to Cognitive Schemata », Hank Johnston & Bert Klandermans (éds), Social Movements and Culture (Minneapolis : University of Minneapolis press), 217-246

Klandermans, Bert. 1988. « The Formation and Mobilization of Consensus », International Social Movement Research 1, 173-197

Klandermans, Bert. 1992. « The Social Construction of Protest and Multiorganizational fields », Aldon Morris & Carol McClurg Mueller (éds), Frontiers in Social Movement Theory (New Haven : Yale University Press), 77-103

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1986. L’implicite (Paris : Colin)

Koopmans, Ruud, Paul Statham. 1999. « Political Claims Analysis : Integrating Protest Event and Political Discourse Approaches », Mobilization 4 : 2, 203-222

Krieg-Planque, Alice. 2003. La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre méthodique et méthodologique (Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté)

Krieg-Planque, Alice. 2012. Analyser les discours institutionnels (Paris : Colin)

Maingueneau, Dominique. 2009. Les termes clés de l’analyse du discours (Paris : Seuil)

McAdam, Doug, John McCarthy & Mayer Zald. 1996. Comparative Perspectives on Social Movements(New York : Cambridge University Press)

McAdam, Doug, Sidney Tarrow & Charles Tilly. 2001. Dynamics of Contention  (Cambridge : Cambridge University Press)

Polletta, Francesca. 1998. « “It Was Like a Fever…” Narrative and Identity in Social Protest », Social Problems 45 : 2, 137-159

Polletta, Francesca. 2006. It Was Like a Fever : Storytelling in Protest and Politics (Chicago : University of Chicago Press)

Rennes, Juliette, 2011, « Les formes de la contestation. Sociologie des mobilisations et théories de l’argumentation », A Contrario 16 : 2, 151-173

Sewell, William. 1992, « Introduction : Narratives and Social Identities », Social Science History 16 : 3, 479-488

Sewell, William. 1996, « Historical Events as Transformations of Structures : Inventing Revolution at the Bastille », Theory and Society 25 : 6, 841-881

Siméant, Johanna. 1998. La cause des sans-papiers (Paris : Presses de Sciences po)

Snow, David & Robert Benford 1992. « Master Frames and Cycles of Protest », Aldon Morris & Carol McClurg Mueller (éds), Frontiers in Social Movement Theory (New Haven : Yale University Press), 133-155

Taylor, Verta. 1989. « Social Movement Continuity : the Women’s Movement in Abeyance », American Sociological Review 54 : 5, 761-775

Haut de page

Notes

1  Alice Krieg-Planque souligne ainsi que « la langue est un système naturellement producteur d’équivoques », et qu’« il est impossible de ne pas voir que la langue produit de l’équivoque » (Krieg-Planque 2012 : 158-159)

2  Dans cet article séminal, Snow et Benford s’inspirent des travaux d’Erving Goffman sur l’analyse des cadres. Cette citation est extraite de l’ouvrage Frame Analysis: an Essay on the Organization of Experience (1974 : 21).

3  A propos de l’analyse de l’importance de la « narration » et des « récits » dans les mobilisations collectives, voir aussi Sewell 1992 ; 1996.

4  Nous entendons « cause » dans le sens de Johanna Siméant, comme un « ensemble de revendications dont les registres argumentatifs apparaissent relativement stabilisés » (1998 : 159).

5  Alice Krieg-Planque insiste sur le fait que « chaque langue dessine ses propres points d’ambiguïté, de flou et d’indétermination, selon une organisation qui lui est singulière, et que l’on ne peut pas transposer à d’autres langues ». Ainsi, « traduire consiste notamment à supprimer certaines ambiguïtés et à en introduire d’autres », une équivoque donnée se produisant dans une langue déterminée (159-160). Dans ce travail, nous faisons appel à un corpus de textes en espagnol, traduits en français par nos propres soins. Conscients des limites que la traduction implique pour notre analyse, nous avons pris soin d’identifier les phénomènes discursifs dans la langue originale. La grammaire et la syntaxe espagnoles étant similaires à la française, de multiples correspondances peuvent être ainsi trouvées.

6  Sur ce débat, voir par exemple Calhoun (1993).

7  Dans son analyse des récits, Francesca Polletta utilise la notion d’« ellipse » dans un sens large pour mettre en évidence le procédé qui consiste à omettre certains éléments logiquement nécessaires à la bonne compréhension du texte afin d’accélérer la narration (Polletta 2006 : 14-15). Cependant, cette catégorie d’« ellipse » est sujette à de nombreuses controverses (voir à ce sujet, Adler 2012 : 7-57). En analyse du discours, c’est dans un sens plus resserré que l’ellipse peut être entendue, notamment dans celui établi par Silvia Adler, comme un « mode de substitution, par pronominalisation nulle, d’éléments lexicaux essentiels du point de vue structural, c’est-à-dire exigés par d’autres constituants présents dans la phrase à ellipse et récupérables contextuellement ». Ceci implique que la proposition contenant le substitut nul (l’ellipse) n’est ni sémantiquement ni syntaxiquement complète ou autonome. L’ellipse est nécessairement interprétée en fonction d’un antécédent disponible (Adler 2012 : 2, 11). Caractéristique des « histoires racontées » ; elle implique ainsi « une rupture par l’effacement de constituants », et que le récepteur ait les moyens de remplir les « blancs » et de les interpréter, à partir d’éléments présents dans le texte (Charaudeau & Maingueneau 2002 : 209-2010). C’est en ce sens qu’elle est comprise ici.

8  Alors que ces acteurs du conflit armé colombien sont particulièrement nombreux : guérillas, paramilitaires, narcotrafiquants, bandes criminelles…

9  Au sujet de l’opposition entre « membres » et « challengers » de l’État, voir par exemple McAdam, Tarrow & Tilly (2001).

10  « It was like a fever… » en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erica Guevara, « Efficacité de l’implicite et de l’équivoque dans la construction des récits mobilisateurs : le cas des militants pour la cause des médias en Amérique latine », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 09 avril 2015, Consulté le 26 avril 2017. URL : http://aad.revues.org/1946

Haut de page

Auteur

Erica Guevara

Sciences-Po Paris, CERI ; Université Paris-Est Créteil

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page