Navigation – Plan du site

Phénomènes énonciatifs et argumentation dans les brochures du Conseil fédéral suisse sur les votations populaires

Enunciation and Argumentation in the Brochures of the Swiss Federal Authorities about the Popular Votes
Corinne Rossari

Résumés

Notre analyse porte sur les brochures envoyées aux citoyen-ne-s suisses à l’occasion de votations populaires. Ces brochures se présentent comme ayant une visée essentiellement pédagogique, vouée à faciliter le choix électoral du citoyen. Mon propos est de mettre en évidence les mécanismes structurels et énonciatifs qui président à l’agencement des informations et à leur mise en discours. On verra comment ces brochures parviennent à concilier la visée pédagogique avec une visée persuasive manifestée par la recommandation systématique de vote dont elles sont assorties.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Lors de votations populaires, le Conseil Fédéral (dorénavant CF), édite des brochures explicatives envoyées à tous les citoyens afin de les informer sur les enjeux de l’objet soumis au vote. Ces brochures relèvent d’un discours politique tout à fait particulier : elles doivent apparaître comme informatives, à savoir expliquer le texte soumis au vote sans chercher à orienter le choix du citoyen et, en même temps, elles doivent permettre aux autorités de défendre leur position. Comme le signale Marc Bonhomme (dans ce même numéro), ces brochures sont investies d’une double visée : « expliquer l’objet du vote et recommander la position du Conseil fédéral ». En dépit de cette recommandation, elles ne doivent pas apparaître comme l’étape finale de la campagne menée par le Conseil fédéral en vue de persuader les électeurs du bien-fondé de la réforme proposée ou des dangers de l’initiative soumise au vote. Il est essentiel, pour la survie même de ces brochures, qu’elles apparaissent comme étant en dehors de la campagne : toute indication d’un quelconque caractère tendancieux risque de menacer leur existence même. Une initiative visant à stopper les activités de communication déployées par le CF envers les citoyens a ainsi été déposée en 2008. Cette initiative intitulée « Souveraineté du peuple sans propagande gouvernementale », même si elle ne concernait pas spécifiquement l’édition de ces brochures, visait à restreindre les activités de communication dans les médias du CF. Elle mettait donc en danger toute forme de communication des autorités fédérales à l’intention des citoyens.

2Le propos de mon article est de décrire les mécanismes inhérents à la structure et à l’énonciation qui font ressortir à la fois l’enjeu informatif et persuasif propre à ces brochures. Dans une première partie, je décris la structure relative à l’organisation de la brochure en soulignant ce qui permet de conjuguer information et persuasion dans le mode de présentation des informations données. Dans une seconde partie, j’analyse la façon dont les contenus sont énoncés en me référant à la théorie de la polyphonie de Ducrot (1984, 1989) et de Carel (2011). On verra que le mode d’énonciation des contenus permet de faire apparaître un effet de neutralité de la part des auteurs à l’origine de ces contenus.

3Mon analyse se fonde sur le texte de l’initiative populaire «Pour des naturalisations démocratiques». J’ai adopté, à ce stade de ma recherche, une démarche ascendante, raison pour laquelle je limite mon objet d’étude à une analyse de détails concernant le texte d’une seule votation populaire, combattue par le CF. Elle offre ainsi tout le dispositif qui permet de conjuguer les deux buts – informer et persuader – potentiellement antagonistes propres à ce type particulier de discours politique. Il faut donc interpréter notre corpus comme un exemplum de la prose du CF et non comme un choix induit par un sujet délicat au plan politique.

1. L’organisation d’une brochure

4L’organisation d’une brochure répond toujours au même schéma indépendamment de l’objet particulier dont elle traite. Ces brochures sont présentées de façon à mettre en évidence la volonté des autorités concernant le but informatif de leur communication. L’intention informative des auteurs est annoncée explicitement dans la page de garde de toutes les brochures. Il s’agit de la mention « Explications du Conseil fédéral » qui intervient en haut à droite de la page de titre juste en dessous de la date de la votation concernée. La visée perlocutoire d’information est si bien mise en exergue qu’elle en devient une forme d’acte illocutoire fondé sur l’équivalence suivante : on dit qu’on informe, donc on informe.

5Cette visée informative affichée est associée, toujours dans la présentation même de la brochure, à une visée persuasive assumée. La brochure communique, après la présentation des objets soumis au vote et de la table des matières, une recommandation de vote mise en gras concernant chaque objet. Celle-ci intervient au début (avant l’exposition de l’objet) et à la fin (la recommandation clôt la partie intitulée « Les arguments du CF »). Ce dernier énoncé de recommandation est présenté par l’expression anaphorique « Pour toutes ces raisons » comme fondé sur les arguments évoqués dans cette partie. Il permet ainsi de motiver, de façon rétroactive, la première recommandation.

6Le challenge que fait ressortir la présentation de ces brochures est donc d’assumer une posture de persuasion tout en mettant en relief une visée pédagogique, afin que la prise de position ne devienne pas l’objet premier de la brochure.

1.1. La page de titre

7La page de titre, qui se présente toujours selon le même schéma, donne comme indication la source, à savoir, en termes ducrotiens, le sujet parlant des brochures, en l’occurrence le Conseil fédéral : « Votations populaires du 1er juin 2008, Explications du Conseil fédéral ». Le titre en explicitant le but perlocutoire de la brochure – expliquer au citoyen le contenu des objets soumis au vote, inscrit le texte d’emblée dans un genre bien défini : le discours pédagogique. Cela suppose des rôles précis à attribuer à l’instance émettrice et réceptrice, à savoir le rôle de pédagogue, de formateur pour l’instance émettrice et celui d’« élève-citoyen » pour l’instance réceptrice. La visée globale d’information est ainsi construite sur la base d’un échange unilatéral dans le cadre duquel une instance divulgue ses connaissances sur un objet à une collectivité. Les connaissances dispensées sont présentées comme des explications.

1.2. La table des matières

8La première page de ces brochures présente une table des matières partielle, ainsi qu’un résumé concernant le contenu des objets soumis au vote.

9La table des matières distingue la partie « explicative » intitulée « Explications » de la partie législative intitulée « Texte soumis au vote ». Dans la disposition effective déployée dans les brochures, la partie « Texte soumis au vote » est incluse dans la partie « Explications ». L’organisation facilite ainsi l’inférence selon laquelle la partie explicative concerne le texte soumis au vote. Cette inférence donne une légitimité au genre pédagogique revendiqué par le titre de ces brochures : il est légitime d’expliquer à des non spécialistes que sont les citoyens, le contenu d’un texte de loi.

1.3. Les parties

10A l’intérieur des brochures, les subdivisions sont plus complexes que ne laisse présager la table des matières. Pour l’objet « Pour des naturalisations démocratiques », on compte sept subdivisions.

  • 1  La notion d’échange est utilisée conformément au sens formel donné dans la dernière version du mod (...)

11La première est une nouvelle page de titre qui réitère le nom de l’initiative et qui formule la question sous forme de discours direct à laquelle le citoyen doit répondre en lui signifiant par un métadiscours, qui précède cette question, qu’il doit y répondre. Cela atteste la visée explicative de la brochure. Suit une intervention qui prend la place de l’intervention réactive de réponse suscitée par la question. Cette intervention, bien que formellement intégrée dans l’échange1 ouvert par l’intervention de question (elle lui est adjacente), présente un contenu qui est extérieur à cet échange. Elle contient deux énoncés : un énoncé consistant en un acte de recommandation qui spécifie la réponse que le citoyen doit donner à la question qui lui est posée et un énoncé qui décrit les résultats du vote auprès du conseil national et du conseil des Etats. Cette intervention est à la fois en décalage avec l’intervention de question et, en même temps, elle prend la place de l’intervention réactive qui doit être produite par le citoyen à la suite de la question qui lui a été posée. La place à laquelle se situe l’énoncé de recommandation manifeste la visée persuasive de la brochure. Comme relevé supra il est mis en gras et rétroactivement motivé par les éléments mentionnés dans la partie Les arguments du CF. Le but explicatif de la brochure se voit alors de facto subordonné à une visée persuasive.

12Le reste de la brochure est organisé en six parties présentées sur un même plan. Les intitulés sont :

  • L’essentiel en bref

  • L’objet en détail

  • Comment devient-on Suisse (encadré qui fait partie de « L’objet en détail »)

  • Texte soumis au vote (partie annoncée dans la table des matières comme étant différente, mais comprise dans la partie « Explications »)

  • Les arguments du comité d’initiative (partie présentée dans la table des matières comme intégrée à la partie « Explications »)

  • Les arguments du Conseil fédéral (présentés dans la table des matières comme intégrés à la partie « Explications »).

13Ces sections répondent à un souci pédagogique d’exhaustivité. Le texte soumis au vote est précédé de parties correspondant à une analyse macro (L’essentiel en bref) et une analyse micro (L’objet en détail) de l’objet. Une troisième partie (Comment devient-on Suisse) comprend une information d’arrière-plan concernant un point jugé essentiel par le CF pour comprendre l’enjeu du texte soumis au vote. Puis arrive la partie consacrée à l’objet même (Texte soumis au vote), suivie de deux parties dites argumentatives représentant les deux positions antagonistes. La succession de ces deux sections, qui présentent les arguments émanant des deux parties, peut ainsi être comprise comme constitutive de la visée explicative, comme le laisse entendre la table des matières (cf. l’inclusion des deux sections argumentatives dans la macro-section « Explications »).

14Ainsi présentées, ces six sections rassemblent tous les éléments nécessaires au citoyen pour qu’il puisse se prononcer en toute connaissance de cause. L’effort pédagogique se poursuit dans la présentation du texte inhérent à chaque section.

15Chacune est subdivisée en plusieurs paragraphes associés à des textes en exergue faisant office de synthèses (mais aussi, dans d’autres brochures, de sous-titres). Ces textes en exergue permettent de guider la lecture du citoyen en fonction de ce qui devrait idéalement être retenu. Ils exploitent le mécanisme de lecture en diagonale pour que soient sélectionnés les points qui doivent retenir l’attention du citoyen. On remarquera que ce sont les mêmes thématiques qui interviennent dans ces exergues, dans la section « L’objet en détail » et la section « Les arguments du CF ». Par exemple, pour la partie « L’objet en détail », on relève : « Procédures de naturalisation correctes » (8) et pour la partie « Les arguments du CF » : « Des procédures conformes aux principes de l’Etat de droit, mais pas de droit à la naturalisation » (15).

16En résumé, l’organisation effective (que l’on découvre au fil de la lecture des brochures) met en avant les deux buts (expliquer et recommander), en comprenant des sections « explicatives » et « argumentatives ». L’organisation énoncée par la table des matières masque les parties « argumentatives » en les intégrant dans la macro-partie explicative. La place stratégique à laquelle intervient par deux fois l’énoncé de recommandation met in fine la visée explicative au service de la visée persuasive. Il se dessine donc une tension entre les deux visées dans le dispositif même utilisé pour présenter le contenu des brochures.

17Nous allons voir maintenant comment se manifeste cette double contrainte dans les choix énonciatifs caractérisant les contenu des énoncés constitutifs des différentes parties et sous-parties de ces brochures.

2. Les procédés énonciatifs et la notion de « neutralité » 

18Quel dispositif énonciatif est mis en place pour que le texte des brochures apparaisse au citoyen comme « objectif », « neutre » et quels outils pragmatiques permettent de cerner cette notion de neutralité ? Mon approche est fondée sur les indices énonciatifs constitutifs du sens de l’énoncé. Pour les identifierje vais exploiter trois théories : la théorie de la polyphonie ducrotienne, la théorie argumentative de la polyphonie - dite TAP - de Marion Carel et les théories faisant appel à la notion d’évidentialité – centrée sur le marquage de la source d’une information dans la langue (v. les réf. infra). Ces trois courants permettent de cerner la position du locuteur dans le cadre d’une sémantique de l’énoncé. Le dispositif énonciatif y est vu comme partie intégrante de la signification linguistique. Le choix d’utiliser une forme plutôt qu’une autre pourra être interprété comme mettant en avant la façon dont le locuteur module son attitude.

2.1. Outils pour caractériser le dispositif énonciatif de l’ensemble de la brochure

19Pour décrire le dispositif énonciatif déployé dans l’ensemble des brochures, les notions de « sujet parlant » et de locuteur, telles qu’elles sont définies par la théorie de la polyphonie de Ducrot (1984 et 1989), sont suffisantes :

  • Tout énoncé a un fabriquant : c’est le sujet parlant.

  • Tout énoncé s’attribue un auteur qui est dit locuteur.

20J’ajoute à ce binôme une troisième règle, en suivant les observations de Carel (à paraître) sur la présence de l’interlocuteur en tant qu’élément constitutif du sens de l’énoncé :  

    • 2  Je renvoie à Carel (à paraître) pour une analyse détaillée des instances réceptrices. J’utiliserai (...)

    Tout énoncé peut s’attribuer ou non un destinataire qui est dit allocutaire2.

21Pour illustrer la distinction entre « sujet parlant » et « locuteur », je reprends l’exemple commenté par Carel (2011 : 300) : « Gislebertus hoc fecit », énoncé gravé par Gislebertus lui-même sur le tympan de la cathédrale d’Autun. Cet énoncé se donne un locuteur distinct de son sujet parlant. Le sujet parlant est Gislebertus. L’énoncé parle à la troisième personne de ce dernier. Il s’attribue ainsi un auteur – le locuteur – qui, du coup, n’a pas d’identité propre. Il est juste distinct du sujet parlant. Ce locuteur, pour reprendre la formule de Carel, n’est ainsi pas impliqué « dans la gloire » (sic) du personnage (sujet parlant) dont il parle. Il reste en dehors des faits rapportés qui concernent exclusivement le sujet parlant.

22Les brochures du CF manifestent deux tendances antagonistes dans la construction de leur locuteur. Les trois premières pages de ces brochures donnent des indications qui montrent que leurs énoncés s’attribuent un locuteur potentiellement incarné par un Nous. D’une part, le texte de la troisième page de couverture (cf. le fac-similé reproduit sous 1.3.) s’adresse de façon directe à un destinataire (au moyen de du pronom « vous »). Cf. « La question à laquelle vous devez répondre… » ; « Le Conseil fédéral et le Parlement vous recommandent de rejeter l’initiative » (je souligne). Ces énoncés présupposent ainsi un Nous de par l’usage du déictique « vous ». Mais, d’autre part, le Nous n’intervient jamais dans le texte. L’acte de recommandation est formulé à la troisième personne (ce qui lui fait perdre sa performativité). On est donc face à un cas similaire à celui de Gislebertus, à la différence près que ces énoncés s’attribuent bel et bien un locuteur par le recours au déictique de deuxième personne. Ils permettent ainsi à la fois de désimpliquer l’instance CF (qui est le référent du sujet parlant) dans l’acte de recommandation fait au citoyen et de rendre l’instance locuteur présente, mais non identifiable, puisque présentée uniquement comme distincte du sujet parlant.

  • 3  J’utilise intentionnellement le mot de « destinataire ».

23Ce dispositif met en relief un premier effet de neutralité. L’identité de l’instance responsable des contenus reste masquée. Les contenus sont alors perçus comme s’imposant d’eux-mêmes. En cela, leur énonciation n’appelle pas de réaction de la part du destinataire. Bien que l’énoncé cité supra s’attribue au moyen du Vous un allocutaire, cet allocutaire ne saurait, toujours selon le contenu de l’énoncé en cause, réagir, étant donné que la voix du locuteur reste non identifiable. Si l’acte de recommandation avait été proféré à la première personne : « Nous vous recommandons de … », il n’aurait pas cette dualité. Il s’agirait d’un contenu dont la responsabilité est à imputer au CF et qui communique un acte de recommandation au moyen d’une formule performative. Il construirait ainsi ipso facto un allocutaire en tant qu’instance susceptible de réagir. Le dispositif choisi – qui minimise la réactivité du destinataire3– est également de mise dans les choix énonciatifs qui caractérisent les énoncés qui composent les brochures.

2.2. Outils pour caractériser le dispositif énonciatif des énoncés des brochures

24Pour caractériser ce dispositif, je m’inspire librement des outils de la Théorie Argumentative de la Polyphonie (TAP), tels qu’ils sont exposés dans Carel (2011 : 289 et ss.) et dans les travaux qui portent sur le marquage de l’origine du savoir – voir Dendale et Tasmowski (1994, 2001) pour une introduction à ce cadre. Les outils préconisés par Carel permettent de distinguer, selon trois paramètres, la façon dont un contenu est introduit :

  • 1. mode d’apparition d’un contenu au sein d’un discours

  • 2. voix par laquelle le contenu est communiqué

  • 3. implication du locuteur dans la conception du contenu de l’énoncé

1. Selon la TAP, un contenu est « pleinement communiqué » s’il est présenté comme étant au centre du discours en cours), il est « accordé », s’il est excentré, ou encore il est « exclu » s’il est refusé par un morphème de négation. Par exemple, dans une structure : « X a dit que P », on peut soit communiquer pleinement « P » - dans ce cas « X a dit que P » est accordé -, soit communiquer pleinement « X a dit que P ». Selon cette dernière interprétation, le fait que c’est X qui a dit P a une incidence sur P, par exemple en rendant P plus valide ou moins valide. Il y a aussi la possibilité de refuser un contenu qui peut correspondre à des négations dites polémiques dans le cadre de la polyphonie ducrotienne. Par exemple, l’énoncé « non il ne fait pas beau » exclut de communiquer « il fait beau » et ce contenu est interprété comme ayant été communiqué par une autre instance.

2. Un contenu peut être présenté comme garanti par différentes voix. Il faut préciser à ce propos que, si tout énoncé se donne un auteur (dit locuteur), cela ne veut pas dire que c’est cet auteur qui garantit le contenu de l’énoncé. Je retiens trois garants différents. Un contenu peut être présenté comme garanti par la voix du locuteur. Par exemple, le contenu « Léo stupide » dans l’énoncé « Je trouve Leo stupide » est présenté par « je trouve » comme garanti par la voix du locuteur. Il peut être présenté comme garanti par la voix des faits. Dans ce cas, les faits sont présentés comme parlant d’eux-mêmes. C’est le cas de l’énoncé « La terre tourne ». Enfin, le même contenu « La terre tourne » est présenté comme garanti par une non-voix dans l’énoncé « Il paraît que la terre tourne ». Au moyen de « il paraît que » le locuteur communique P (la terre tourne), mais, dans le cadre évidentiel, on peut dire qu’il refuse d’attribuer à P un garant (cf. Rossari 2012 : 79).

3. Un contenu peut être présenté comme impliquant plus ou moins le locuteur. Il faut bien différencier (2) de (3). Le locuteur peut être présenté par l’énoncé comme impliqué dans la conception du contenu de l’énoncé ou comme non impliqué (comme étant un simple transmetteur de ce contenu), et cela indépendamment de la voix qui en garantit le contenu. Pour ne pas alourdir la formulation, je parlerai de locuteur impliqué ou non impliqué dans le contenu. Dans l’énoncé « Il paraît que hélas personne n’a survécu », « hélas » indique que le locuteur est impliqué dans la conception du contenu (personne n’a survécu) et « il paraît que » indique que le contenu est garanti par une non-voix.

25Je retiens deux possibilités pour les paramètres 1 et 3 respectivement (pleinement communiqué vs. non pleinement communiqué et impliqué vs. non impliqué). Le paramètre 2, quant à lui, fait état de trois possibilités (voix L, voix Faits, Non-voix). On obtient ainsi une combinatoire de douze possibilités. J’illustre chacune de ces possibilités par un énoncé utilisant une couleur pour relier l’interprétation à l’indice dans les cas où il n’est pas évident de comprendre sur quoi se fonde la catégorisation préconisée.

1. Contenu présenté comme pleinement communiqué, voix locuteur, loc. impliqué. Ex. Je trouve cette loi injuste. / Cette loi est bien injuste / Cette loi semble injuste.

2. Contenu présenté comme pleinement communiqué, voix des faits, loc. impliqué. Ex. Cette loi entrera en vigueur seulement en 2012 !

3. Contenu présenté comme pleinement communiqué, non-voix, loc. impliqué. Ex. L’histoire nous apprend combien la loi x est injuste.

4. Contenu présenté comme pleinement communiqué, voix locuteur, loc. non impliqué : Ex. Donc, la loi est injuste.

5. Contenu présenté comme pleinement communiqué, voix des faits, loc. non impliqué. Ex. Cette loi entre en vigueur en 2012. / Cette loi est scandaleuse.

6. Contenu présenté comme pleinement communiqué, non-voix, loc. non impliqué. Ex. Il paraît que cette loi entre en vigueur en 2012.

7. Contenu [la loi est terriblement injuste]présenté comme non pleinement communiqué, voix locuteur, loc. impliqué. Ex. Cette loi, terriblement injuste, entrera en vigueur en 2012.

8. Contenu [la loi entrera en vigueur en 2012] présenté comme non pleinement communiqué, voix des faits, loc. impliqué. Ex. Cette loi, qui entrera probablement en vigueur en 2012, est injuste.

9. Contenu [la loi entre en vigueur en 2012] présenté comme non pleinement communiqué, non-voix, loc. impliqué. Ex. Cette loi,dont il est nécessaire qu’elle entre en vigueur en 2012, je crois, est injuste.

10. Contenu [la loi entrera en vigueur en 2012] présenté comme non pleinement communiqué, voix locuteur, loc. non impliqué. Ex. Cette loi, qui entrera en vigueur en 2012, est injuste.

11. Contenu [le TF a la propriété d’estimer p] présenté comme non pleinement communiqué, voix des faits, loc. non impliqué. Ex. Le TF estime le recours valable.

12. Contenu [le TF a la propriété d’estimer p] présenté comme non pleinement communiqué, non-voix, loc. non impliqué. Ex. Le TF doit nécessairement estimer le recours valable.

26Remarques : les paramètres sont fondés sur les indices d’énonciation, non sur le sens des mots employés. Ainsi, un mot dit subjectif comme discrimination, injustice peut être utilisé dans des énoncés dont le contenu est présenté comme résultant de la voix des faits, ou comme n’impliquant pas le locuteur. Par exemple, l’énoncé « Quelle discrimination ! » peut être caractérisé ainsi : contenu pleinement communiqué, voix du locuteur, loc. impliqué. En revanche, l’énoncé « Le droit des femmes en Suisse avant 1972 était discriminatoire » correspond à la caractérisation suivante : contenu pleinement communiqué, voix des faits, loc. non impliqué.

27Cette combinatoire permet de caractériser la façon dont le contenu d’un énoncé fait ressortir la figure de l’allocutaire. En effet, pour que celle-ci puisse être inscrite dans l’énoncé, il faut que l’énoncé relève du cas 1 (contenu présenté comme pleinement communiqué, voix loc., loc. impliqué). Si un seul de ces paramètres n’est pas réalisé, alors la figure de l’allocutaire en ressort masquée. Expliquons-nous. Pour qu’il y ait la trace d’une « adresse », le contenu doit être présenté comme étant au centre du discours en cours, donc pleinement communiqué. Le destinataire n’est pas censé réagir aux contenus excentrés. Il faut aussi que le contenu soit garanti par une voix identifiable avec laquelle le destinataire puisse interagir. Si le contenu est garanti par une non-voix ou par la voix des faits, le destinataire n’a pas de prise pour y réagir. Il faut enfin que le locuteur n’apparaisse pas comme le simple transmetteur ou comme celui qui ne fait que disposer un contenu par rapport à un autre (ce qui apparaît par l’emploi des connecteurs), mais qu’il signale d’une façon ou d’une autre qu’il s’est impliqué dans sa conception. A nouveau, un locuteur non impliqué n’est pas un interlocuteur valable et donc ne laisse pas prise à une réaction de la part du destinataire. Mon analyse de quelques-uns des énoncés de notre brochure fera apparaître différents moyens d’inhiber la figure de l’allocutaire, par le fait que l’un ou l’autre de ces paramètres ne répond pas à la configuration prévue par le cas 1.

2.3. Choix stratégique des dispositifs énonciatifs exploités

28Le dispositif énonciatif mis en place cherche à esquiver le destinataire en masquant la figure de l’allocutaire (pour rappel, l’instance réceptrice que l’énoncé s’attribue). En esquivant cette instance, il minimise le pouvoir réactif suscité par les contenus communiqués. C’est ainsi que les brochures parviennent à se donner une visée informative neutre, en dépit de l’acte de recommandation qui y est proféré. Les énoncés dont la visée est purement informative, comme ceux que l’on trouve dans les articles de dictionnaires par exemple, ne construisent pas de figure de l’allocutaire. Ils ne cherchent pas à solliciter des réactions. Ils se suffisent  à eux-mêmes. Les énoncés de la brochure qui nous sert de corpus ont la propriété de masquer la figure de l’allocutaire, sans laquelle toute possibilité de dialogue reste inexploitable. Dans les rares cas où le dispositif énonciatif est compatible avec la construction d’un allocutaire, c’est le dispositif énonciatif global que j’ai décrit sous 2.1. qui la bloque, en rendant la figure du locuteur non identifiable.

29Comme je l’ai indiqué, les cas qui sont compatibles avec la figure de l’allocutaire relèvent de la configuration illustrée par le n° 1 de notre tableau. Le contenu est pleinement communiqué, il est garanti par la voix du locuteur, et le locuteur est impliqué dans le contenu. Quelques énoncés répondent à cette configuration.

(1) « La question à laquelle vous devez répondre est la suivante :
Acceptez-vous l’initiative populaire « Pour des naturalisations démocratiques » ?
Le Conseil fédéral et le Parlement vous recommandent de rejeter l’initiative. » Extrait p. 5.

(2) « Pour toutes ces raisons, le Conseil fédéral et le Parlement vous recommandent de rejeter l’initiative populaire « Pour des naturalisations démocratiques ». Extrait p. 15.

30Ces énoncés sont parmi les seuls à contenir un « nous » sous-entendu en comportant un « vous » explicite. En cela, ils sont ceux qui font le plus ressortir la voix de L (ingrédient fondamental pour qu’il y ait allocutaire). Mais, d’une part, ces énoncés ne communiquent pas de contenu à enjeu. Ils véhiculent des contenus qui sont en dehors de ce qui concerne l’objet même de la votation. Il s’agit d’énoncés concernant la marche à suivre. D’autre part, comme on l’a vu, l’instance Locuteur qu’ils supposent est désincarnée, dans la mesure où elle est non identifiable.

31Les énoncés situés dans la partie « Arguments du CF » transmettent explicitement l’avis du CF sur l’objet soumis au vote. En cela, on pourrait s’attendre à ce qu’ils soient compatibles avec la construction de la figure de l’allocutaire. Mais, à nouveau, les procédés énonciatifs choisis la masquent.

(3) « Le Conseil fédéral considère que les candidats à la naturalisation ont droit à des procédures correctes et que les autorités compétentes en matière de naturalisation doivent impérativement respecter les droits fondamentaux, notamment l’interdiction de la discrimination et de l’arbitraire. » Extrait p. 14.

32Dans cette séquence, le sujet parlant (le CF) intervient en tant que thème des énoncés. Les énoncés transmettent l’opinion du CF sur un contenu. En cela, il y a une voix (celle du CF) responsable de cette opinion. Le fait que l’opinion soit attribuée à une voix identifiée la rend propice au débat. Mais le dispositif choisi pour introduire cette opinion efface la figure de l’allocutaire.

33L’énoncé « Le Conseil fédéral considère que … » est ambigu, selon l’analyse préconisée par Carel et Ducrot (2009). Les auteurs se réfèrent à une remarque de la Logique de Port-Royal (deuxième partie, chapitre 8) à propos d’un énoncé de la forme « X dit que q » (2009 : 37) pour mettre en relief deux lectures propres aux verbes de dire, une lecture dite attributive et une lecture modale. Ces deux lectures s’appliquent parfaitement à notre extrait.

34L’énoncé « Le CF considère que p » permet :

(a) une lecture fondée sur l’emploi attributif de considérer, qui correspond à « Le CF a la propriété de considérer que les candidats …ont droit à… ». Dans ce cas, l’énoncé dit quelque chose à propos des convictions du CF.  La dimension argumentative de cette interprétation repose sur un enchaînement fondé sur ce que Ducrot (1984) appelle « raisonnement par autorité ». La paraphrase en est : « Le CF considère p donc p vrai ». Le dispositif énonciatif illustre alors le cas 5 : /paramètre 1/ le contenu Le CF considère que p est pleinement communiqué ; /paramètre 2 / le contenu est garanti par la voix des faits ; /paramètre 3 / le locuteur est non impliqué. Le contenu p (les candidats à la naturalisation ont droit à des procédures correctes et les autorités compétentes en matière de naturalisation doivent impérativement respecter les droits fondamentaux, notamment l’interdiction de la discrimination et de l’arbitraire), quant à lui, est non pleinement communiqué, mais accordé.
(b) Le même énoncé permet une lecture fondée sur l’emploi modal de considérer. Dans ce cas, « Le CF » est l'angle de vue par lequel le contenu p est modalisé. Le locuteur introduit p et le met en perspective avec le CF. La paraphrase correspond à un cadre en selon : « Selon le CF, les candidats à la naturalisation ont droit à des procédures correctes ». L'allusion au CF est une façon de présenter p. Le CF est capable d’influencer l’interprétation à faire de p. Cette lecture est compatible avec un enchaînement fondé sur ce que Ducrot (1984)  appelle « autorité polyphonique » : Le CF dit que p donc q. Mais dans ce cas, p n’est pas en lui-même un enjeu pour le débat. Il est excentré. Ce n’est pas p (sur lequel on ne peut que s’accorder) qui est pleinement communiqué, mais q (s’il avait été explicité), qui pourrait correspondre à « il faut rejeter l’initiative ».

35Aucune des deux lectures n’est compatible avec la construction de la figure d’un allocutaire. Schématiquement, la dimension argumentative prend corps soit via un enchaînement fondé sur un raisonnement par autorité : « C’est le CF qui dit p DC p vrai », soit via un enchaînement fondé sur une autorité polyphonique : « Selon CF, p, donc q (= il faut rejeter l’initiative) ». Dans les deux cas, le contenu qui permettrait de susciter un débat (= il faut rejeter l’initiative) et, donc, de mettre en relief la figure de l’allocutaire, n’est pas communiqué.

36Certains des énoncés situés dans la partie « Explications » relèvent également de la configuration 1 et, en cela, devraient être propices à la construction de la figure d’un allocutaire.

37Le contenu issu de l’extrait suivant laisse largement entrevoir la subjectivité de l’instance qui en est le garant, par l’usage de termes évaluatifs.

(4) « Avant ces arrêts du Tribunal fédéral, le nombre de naturalisations par les urnes était néanmoins déjà très faible par rapport au nombre total de naturalisations. » Extrait p. 6-7 (voir annexe).

38Cette séquence illustre le cas 1 : /paramètre 1 / le contenu est présenté comme pleinement communiqué ; /paramètre 2 / il est garanti par la voix du locuteur ; /paramètre 3 / le locuteur est impliqué.

39L’appréciation sur le nombre de naturalisations indique que c’est L qui est le garant du contenu. L’usage du connecteur néanmoins indique que le locuteur manie des points de vue antagonistes, en plus de disposer des contenus. Cela le fait paraître comme impliqué dans la conceptualisation de ce contenu. Mais la construction de la figure de l’allocutaire bute sur le fait que L n’est pas une instance incarnée dans l’énoncé (pas de nous ou de vous) et n’est pas identifiable.

40L’extrait qui présente l’initiative dans la page qui sert de tables des matières laisse également paraître l’instance L, sans pour autant faire ressortir la figure de l’allocutaire.

(5) « […] L’initiative vise à donner aux communes le pouvoir de fixer de manière autonome la procédure et l’organe compétent pour l’octroi du droit de cité communal. De plus, les décisions populaires en matière de naturalisation seraient définitives et ne pourraient ainsi plus faire l’objet d’un recours devant un tribunal. L’initiative a été lancée en réaction à deux arrêts du Tribunal fédéral, rendus en 2003, qui obligeaient les communes à adopter des procédures conformes aux principes de l’Etat de droit et incluant un droit de recours. ». Extrait p. 3.

41Le verbe « viser » signale une interprétation du texte de l’initiative par le locuteur. Il s’agit donc de la configuration 1 de notre tableau.  Mais la possibilité de construction de la figure de l’allocutaire bute sur le fait que L n’est pas une instance incarnée dans l’énoncé (pas de nous ou de vous) et n’est pas identifiable. Le contenu n’est donc pas présenté comme devant susciter une réaction. Regardons la séquence suivante : « De plus, les décisions populaires en matière de naturalisation seraient définitives et ne pourraient ainsi plus faire l’objet d’un recours devant un tribunal ». La possibilité de situer le contenu dans un monde hypothétique indique que c’est la voix de L qui en est le garant. L’usage du connecteur de plus va dans le même sens, c’est L qui dispose les contenus. Mais, à l’instar du cas précédent, la construction de la figure de l’allocutaire bute sur le fait que L n’est pas une instance incarnée dans l’énoncé (pas de nous ou de vous) et n’est pas identifiable.  Il n’y a pas de L identifiable, donc pas partenaire avec qui dialoguer. Passons à l’analyse de la dernière séquence de cet extrait, celle dont l’information communiquée est la plus polémique : « L’initiative a été lancée en réaction à deux arrêts du Tribunal fédéral, rendus en 2003, qui obligeaient les communes à adopter des procédures conformes aux principes de l’Etat de droit et incluant un droit de recours ». Cette fois, c’est le dispositif énonciatif même qui rend cet énoncé inapte à la construction de la figure de l’allocutaire. Il s’agit du cas 11 selon notre tableau : /paramètre 1 / le contenu est présenté comme non pleinement communiqué ; /paramètre 2 / il est garanti par la voix des faits ; /paramètre 3 / le locuteur est non impliqué.

42Le contenu polémique (Les arrêts du TF obligeaient les communes à adopter des procédures conformes aux principes de l’Etat de droit et incluant un droit de recours)  est un contenu d’arrière-plan. Selon la RST (cf. Mann et Thomson 1987), il s’agirait d’un satellite d’arrière-plan. Il est donc ainsi mis en dehors du champ du débat par la manière même dont le discours est organisé. La relation rhétorique qui unit ce constituant au reste de la séquence rend non pertinente la construction de la figure de l’allocutaire. De plus, la présence de L est complètement effacée, dans la mesure où le garant est présenté comme la voix des faits et le contenu ne fait état d’aucune trace d’implication du locuteur.

43Le contenu également hautement polémique, issu de l’extrait ci-dessous, est  introduit dans le discours de la même manière.

(6) « Ce droit n’est pas garanti dans le cas des naturalisations par les urnes, ce qui rend cette pratique anticonstitutionnelle. » Extrait p. 6 (voir annexe). 

44Le contenu (pratique anticonstitutionnelle) est une attaque ad hominem envers les promoteurs de l’initiative : ils promeuvent une initiative anticonstitutionnelle. Le dispositif énonciatif utilisé est celui qui permet le plus d’esquiver la construction de la figure de l’allocutaire. Il relève également du cas 11 de notre tableau. Selon le paramètre 1, le contenu (pratique anticonstitutionnelle) n’est pas pleinement communiqué, mais accordé. Il est donc d’office présenté comme hors du champ de la discussion. Selon le paramètre 2, il est garanti par la voix des faits (on n’a pas accès à une interprétation selon laquelle la qualité « anticonstitutionnel » est une interprétation du locuteur). La séquence « ce qui rend cette pratique anticonstitutionnelle » ne pourrait être paraphrasée par « L’instance λ juge cette pratique constitutionnelle », mais par une interprétation du type « C’est un fait : la pratique est anticonstitutionnelle ». Selon le paramètre 3, le contenu ne laisse paraître aucune trace de l’implication du locuteur. Tous les paramètres inhibent donc la construction de la figure de l’allocutaire.

45L’extrait suivant illustre un cas où le locuteur est impliqué dans le contenu, mais où la figure de l’allocutaire est quand même estompée.

(7) « Le Conseil fédéral et le Parlement rejettent l’initiative. Les procédures de naturalisation doivent respecter les principes de l’Etat de droit et ne peuvent être discriminatoires ou arbitraires. » Extraits p. 7 (voir annexe).

46La première séquence de cet extrait « Le Conseil fédéral et le Parlement rejettent l’initiative » illustre le cas 2 de notre tableau. Paramètre 1 : le contenu est pleinement communiqué ; paramètre 2 : il est garanti par la voix des faits ; paramètre 3 : le locuteur est impliqué dans le contenu.

47Le fait que le locuteur est impliqué dans la conception du contenu, alors qu’il n’en n’est pas le garant, se voit dans la justification qui suit. On aurait donc ici un énoncé qui pourrait susciter la construction d’un allocutaire auquel la justification s’adresse. Mais en même temps ce contenu est présenté comme étant sous la responsabilité des faits et non d’une instance à laquelle il est possible de répondre (ce qui serait le cas avec un énoncé comme : « nous rejetons l’initiative »). La deuxième séquence de cet extrait « Les procédures de naturalisation doivent respecter les principes de l’Etat de droit et ne peuvent être discriminatoires ou arbitraires » illustre encore un cas d’attaque ad hominem, mais c’est le contenu sous-entendu qui la supporte. L’attaque est véhiculée par le sous-entendu : « les promoteurs de l’initiative s’accommodent de lois arbitraires ». Le contenu pleinement communiqué, lui, esquive la figure du locuteur. Il est garanti par une non-voix, i.e. « voix de la nécessité », et selon le paramètre 3, le locuteur n’est pas impliqué dans sa conception.

48Voyons à présent comment est introduit le contre-projet défendu par le CF.

(8) « Le Conseil fédéral et le Parlement approuvent le contre-projet indirect adopté par les Chambres fédérales en décembre 2007. Ce contre-projet prévoit que les assemblées communales puissent continuer de se prononcer sur les demandes de naturalisation. Les refus devront cependant être motivés avant le vote et ne pourront être discriminatoires. » Extrait p. 7 (voir annexe).

49Nous analysons la dernière phrase de cet extrait. Elle illustre le cas 9 : le contenu est pleinement communiqué, il est garanti par une non-voix « voix de la nécessité », et, à la différence de la séquence analysée juste avant, le locuteur est impliqué. En effet, l’usage de cependant montre un locuteur maniant des points de vues antithétiques, et donc impliqué dans ce qu’il énonce en cherchant à rallier les adversaires. Ce contenu est vecteur d’une nouvelle attaque ad hominem envers les promoteurs de l’initiative. Mais cette attaque est à nouveau communiquée par un sous-entendu. Elle porte sur les mêmes caractéristiques : les promoteurs de l’initiative s’accommodent d’un texte de loi pouvant avoir des conséquences discriminatoires et arbitraires. Elle est véhiculée via l’ensemble complémentaire de celui désigné par le prédicat : « doivent être motivés » vs. « ne doivent pas être motivés » (caractéristique d’arbitraire) ; « ne pourront pas être discriminatoires » vs. « peuvent être discriminatoires » (caractéristique d’anti-constitutionnalité). Il n’y a donc pas de possibilité de réaction de la part d’un destinataire, parce que, d’une part, le contenu véhiculant l’attaque n’est pas pleinement communiqué (il l’est via un sous-entendu reconstructible par la propriété inverse de celle évoquée par le prédicat) et, d’autre part, le contenu communiqué est garanti par une non-voix « voix de la nécessité ».

2.4. Synthèse de l’analyse énonciative

50Les attaques fusent, mais elles sont énoncées de façon à être en dehors de tout débat. Trois procédés peuvent être relevés. Soit le contenu est énoncé selon le dispositif illustré par le cas 1 du tableau, par exemple, quand l’instance responsable d’un contenu communiqué est inscrite dans l’énoncé par l’usage de déictiques de deuxième personne. Dans ce cas, c’est le dispositif énonciatif choisi pour l’ensemble des énoncés de la brochure, qui masque la figure de l’allocutaire, rendant celle du locuteur non identifiable. Soit le contenu véhicule une véritable attaque ad hominem. Dans ce cas, c’est le dispositif énonciatif concernant son introduction dans le discours qui le rend inapte au débat. Il peut ne pas être pleinement communiqué, cf. exemple (6) ou bien il est véhiculé par un sous-entendu, cf. la deuxième partie de l’exemple (7). Enfin, quand le CF prend position dans la partie réservée à cette fin sous la rubrique intitulée « Les arguments de CF », il le fait en ne donnant pas davantage prise au dialogue. Les enchaînements d’arguments par autorité ou d’autorité polyphonique permettent de décaler le véritable enjeu du débat, soit sur un autre énoncé non explicité –q (autorité polyphonique), soit sur un contenu explicité –p, mais qui est introduit comme non pleinement communiqué (raisonnement par autorité) – cf. analyse de l’extrait (3).

3. Conclusion

51Malgré la recommandation explicite faite au citoyen, on a vu que le CF ne peut s’afficher comme utilisant ces brochures afin de rallier le citoyen à son point de vue. L’objet / le propos des brochures doit rester centré sur l’information au citoyen.

52Cet objectif est atteint, d’une part, par la façon dont les brochures sont organisées, à savoir une disposition qui met en avant la visée pédagogique de la brochure au moyen des titres des parties et des exergues qui entourent le texte de chacune de ces parties, et, d’autre part, par les dispositifs énonciatifs déployés pour introduire l’information.  En communiquant les contenus les plus polémiques sur un mode qui ne permet pas de réactions, les brochures remplissent l’objectif d’apparaître comme en dehors du débat politique, comme un éclairage sur l’enjeu de la votation populaire, et non comme constituant en elles-mêmes un enjeu pour le choix électoral à faire.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bonhomme, Marc. Ce volume. « Dialogisme et argumentation dans les brochures du Conseil fédéral suisse sur les votations populaires », Argumentation et Analyse du discours 10.

Carel, Marion (à paraître), « Polyphonie argumentative et emprunt : le cas de il paraît que », Rossari, Corinne, Marion Carel, Claudia Ricci (Eds). Pour une approche pragmatique de la notion d’évidentialité (manuscrit).

Carel, Marion. 2011. L’entrelacement argumentatif (Paris : Champion)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Carel, Marion & Oswald Ducrot. 2009. « Mise au point sur la polyphonie », Langue française 164, 33-44
DOI : 10.3917/lf.164.0033

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dendale, Patrick & Liliane Tasmowski. 1994. « Présentation. L’évidentialité ou le marquage des sources du savoir », Langue française 102, 3-7
DOI : 10.3406/lfr.1994.5710

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dendale, Patrick & Liliane Tasmowski. 2001. « Introduction. Evidentiality and related notions », Journal of Pragmatics 33 (3), 339-348
DOI : 10.1016/S0378-2166(00)00005-9

Ducrot, Oswald. 1984. Le dire et le dit (Paris : Minuit)

Ducrot, Oswald. 1989. Logique, structure, énonciation (Paris : Minuit).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mann, William C. & Sandra A. Thompson. 1988. « Rhetorical Structure Theory: Toward a functional theory of text organization », Text 8 (3), 243-281
DOI : 10.1515/text.1.1988.8.3.243

Rossari, Corinne. 2012. « Valeur évidentielle et/ou modale de faut croire, on dirait et paraît », Langue française 173, 65-81

Roulet, Eddy et al. 2001. Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation dudiscours (Berne : Peter Lang)

Haut de page

Annexe

L’essentiel en bref de la votation « Pour des naturalisations démocratiques » pages 6 et 7.

Haut de page

Notes

1  La notion d’échange est utilisée conformément au sens formel donné dans la dernière version du modèle genevois de l’organisation du discours (Roulet et al. 2001). Ce modèle préconise une conception hiérarchique de l’organisation du discours, selon laquelle l’échange est caractérisé par des constituants – les interventions – (au minimum deux) réunis par des relations d’interdépendance : « L’un ne peut exister sans l’autre » (2001 : 54 et ss).

2  Je renvoie à Carel (à paraître) pour une analyse détaillée des instances réceptrices. J’utiliserai pour ma part deux termes pour désigner ces instances : celui d’« allocutaire » pour désigner l’instance réceptrice inscrite dans le sens de l’énoncé et celui de « destinataire » pour recouvrir toute instance susceptible de se sentir concernée par le contenu communiqué.

3  J’utilise intentionnellement le mot de « destinataire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Rossari, « Phénomènes énonciatifs et argumentation dans les brochures du Conseil fédéral suisse sur les votations populaires », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, Consulté le 28 septembre 2016. URL : http://aad.revues.org/1503

Haut de page

Auteur

Corinne Rossari

Université de Fribourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page