Navigation – Plan du site

En préparation : « Violence verbale et argumentation »

Ce huitième numéro, dont la parution est prévue pour le printemps 2012, est placé sous la direction de Laurence Rosier (ULB)

Il est traditionnel d’opposer l’idéal démocratique du débat argumenté aux manifestations violentes et spontanées de la parole « éructante » symbolisée par l'insulte. Or il existe une série de genres de discours en quelque sorte adoubés socialement qui permettent la violence verbale, en l’érigeant en « argument massue », catégorie spontanée qu’il serait intéressant de questionner ou, plus encore, qui semblent pouvoir se passer de la dimension argumentative du discours tout en en conservant la visée argumentative, constitutive de tout discours (éditorial, polémique, pamphlet, billet d’humeur, forums et blogues).

Les contributions de ce numéro essaieront de saisir la multiplicité de ces formes-limites, où la violence verbale s'allie à des modes de fonctionnements discursifs admis (ainsi l’humour autorise-t-il des débordements et des manquements aux règles de civilité ou aux règles des formes du débat politique par exemple : ainsi la réplique cinglante, le bon mot peuvent-ils avoir une valeur argumentative ? Le philosophe Arthur Schopenhauer ne défendait-il pas l’art de l’insulte, préférant au milieu d’une discussion argumentée, un effet de manche par une grossièreté ou un gros mot plutôt que de s’avouer soumis à un « KO verbal » ? Cet art de l’insulte rejoint-il un art de l’insolence (Michel Meyer) ?

Mais que nous dit sur elle-même une société qui valorise un éthos constitué par l’art de la violence verbale ? Considère-t-elle celle-ci comme une pratique carnavalesque qui sous-tend l’organisation sociale et donc l’intègre comme un espace discursif particulier ? Existe-t-il des formes définitivement politiquement incorrectes, non admises socialement et juridiquement de la violence verbale ?