Navigation – Plan du site

Avant-propos

Foreword
Ida Lucia Machado et Emilia Mendes

Texte intégral

  • 1  Il s’agit d’un organisme du gouvernement fédéral qui aide la recherche au Brésil ; on peut dire qu (...)

1Ce numéro spécial d’Argumentation et Analyse du Discours est consacré à l’analyse du discours telle qu’elle est perçue par un groupe particulier de chercheurs brésiliens. Il faut insister sur le fait qu’il s’agit là d’un groupe parmi d’autres. C’est pourquoi l’on souhaite, à l’orée de ce numéro, utiliser l’espace de l’Avant-propos pour présenter l’analyse du discours au Brésil de façon plus générale. Notons d’entrée de jeu que la tâche d’établir un panorama de cette discipline est loin d’être aisée dans un pays aux dimensions continentales – et cela d’autant plus que le simple choix d’un courant ou d’un laboratoire de recherches en analyse du discours exclura forcément d’autres points de vue. En entrant dans le site du CNPq (Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico)1, on peut constater la pluralité des laboratoires rangés sous la catégorie « analyse du discours » : plus de deux-cents trente équipes y sont inscrites.

2Pour tenter d’approcher à vol d’oiseau ce vaste ensemble, on le divisera donc en trois axes. Le premier axe est lié aux études de l’idéologie dans le discours ; le second se penche sur l’analyse critique du discours et le troisième réunit plusieurs méthodologies dont la mise en pratique converge sur quelques points tout en divergeant sur d’autres. Il faut préciser toutefois que ces trois axes ont en partage deux champs théoriques : d’un côté, la pensée du Cercle de Mikhaïl Bakhtine et, de l’autre, les théories rhétoriques et argumentatives. Le concept traversant tous ces axes est celui de « sujet » et ses rapports avec plusieurs disciplines comme la psychanalyse et l’anthropologie. Il est aussi possible d’affirmer que l’interdisciplinarité est l’élément phare des trois dimensions. Examinons donc chacun des ces axes d’un peu plus près.

  • 2  Sur ce sujet, voir aussi Fiorin (1988) et Osakabe (2002).
  • 3  Les études sur l’idéologie et sur les théories de Pêcheux et Foucault sont très importantes dans l (...)

3Le premier axe est celui de l’École Française d’AD, créée par et autour de Michel Pêcheux. Sa pensée s’est introduite au Brésil durant la période difficile de la dictature militaire, et s’il n’est pas possible d’en indiquer la date précise, on peut cependant établir que très tôt (fin des années 60, années 70), des œuvres du penseur français ont été traduites en portugais. Le livre d’Orlandi Le langage et son fonctionnement - les formes du discours (2006 [1983]), dont les concepts avaient déjà été pris en compte par de nombreux chercheurs avant la parution de l’ouvrage, a largement contribué à diffuser l’AD de Michel Pêcheux au Brésil. La théoricienne a eu le courage d’implanter et de développer les idées du groupe de Pêcheux au Brésil à une époque difficile pour le pays qui, nous l’avons rappelé, vivait sous le joug d’une dictature militaire2. L’AD offrait alors un cadre théorique et méthodologique qui permettait de réaliser des analyses centrées sur les discours du pouvoir ; pour ce faire, il fallait dévoiler les idéologies dominantes et se frayer un chemin de liberté dans les milieux académiques et parmi tous ceux qui étudiaient les discours politiques de l’époque. C’est dire que l’AD est devenue, grâce au groupe d’Eni Orlandi, un outil de résistance. C’est pour cette raison que même après la fin de la dictature, les études sur l’idéologie continuent à occuper une place importante dans les recherches sur le discours, surtout politique3.

  • 4  Dans la Bibliographie annotée de ce même numéro, on a tenté de mentionner un large éventail de che (...)

4Dans cette perspective, les études sur l’argumentation ont aussi occupé un espace considérable parce qu’il fallait analyser les discours du pouvoir et leur organisation argumentative afin de comprendre leurs spécificités. Ainsi, dès le début, l’idéologie apparaît comme une donnée vitale dans le « dialogue atlantique », pour utiliser les mots d’Orlandi (2007). Si la chercheuse est considérée comme la fondatrice de l’AD au Brésil, il faut cependant reconnaître le rôle joué par tous ses collaborateurs et collaboratrices dans plusieurs universités brésiliennes, et par les nombreux chercheurs dont nous ne pouvons citer ici les noms faute de place4. Dans une publication de 2007 en français, Orlandi rappelle sa trajectoire d’analyste du discours et montre comment la question de l’idéologie a été placée au cœur des réflexions menées par son groupe :

La langue est ainsi la matérialité spécifique du discours - elle constitue la base des processus discursifs - et le discours est la matérialité spécifique de l’idéologie. Il n’y a pas de discours sans sujet et il n’y a pas de sujet sans idéologies. Or, comme sujet et sens se constituent en même temps, il n’y a pas de sens sans interprétation car la langue s’inscrit dans l’histoire pour signifier et c’est ainsi que nous pouvons saisir la question de l’idéologie, du sujet et de l’interprétation. Sont liés - par la notion d’interprétation - sujet, sens, langue, histoire et idéologie (Orlandi, 2007 : 50).

  • 5  Voir : Charaudeau & Maingueneau (2002).
  • 6  Et de ses rapports avec l’histoire. La science choisit une version des faits et la présente comme (...)

5Cette façon de concevoir l’AD rapproche donc discours, histoire et idéologie - une triade qui est le point de repère de plusieurs laboratoires brésiliens d’AD jusqu’à ce jour. Un point important doit être ici signalé en ce qui concerne les études menées par ce groupe : si l’AD qui s’est développée en France après Pêcheux a eu tendance à gommer la question de l’idéologie en raison de l’usage abusif qui a pu en être fait et de l’impossibilité de trouver une définition objective du concept5, au Brésil les choses se sont passées différemment. On a vu ainsi apparaître une théorie de l’idéologie dans laquelle « l’idéologie n’est pas “x” mais le mécanisme qui produit “x” » (Orlandi, 2007 : 51). Qui plus est, la théoricienne et ses collaborateurs ont créé de nouveaux concepts dans le cadre de cette approche d’AD. On peut citer, entre autres, les études sur le silence ou le phénomène dénommé par elle « silenciement » dont l’étude permet de déceler les voix cachées par les mécanismes de l’idéologie et produit des effacements dans le sens, le sujet et l’histoire. On peut aussi mentionner l’histoire de la science6, d’une part et, d’autre part, l’accent mis sur une spécificité de l’AD face aux sciences du langage :

La linguistique a son objet, la langue, et l’analyse du discours se constitue par l’affirmation d’un autre objet, le discours. Ainsi l’analyse du discours concerne ici les relations entre le linguistique et le discursif, entre le discursif et l’histoire, et non stricto sensu la matérialité de la langue au sein de la discursivité (Orlandi, 2007 : 49).

6Il faut ajouter que les idées de Foucault se sont largement répandues dans le milieu académique et que beaucoup d’entre elles ont contribué à la construction ou à la reconstruction de ce courant de pensée discursive. Dans l’ensemble, on peut dire que le tandem « langage et idéologie » fournit les mots-clés qui résument ce premier axe.

7Cette position a largement contribué au débat qui a fait de l’AD un domaine de savoir indépendant et pluridisciplinaire plutôt qu’une « branche » mineure de la linguistique. Aujourd’hui, l’AD constitue un domaine de recherche significatif dans les Programmes de 3e cycle les plus importants du pays. Mais cela ne s’est pas fait sans quelques difficultés, et il faut veiller à ce que cette situation se maintienne…

8Quelques mots encore sur le premier axe. Il faut avouer que plusieurs chercheurs qui en participent ne dialoguent pas avec d’autres, surtout avec ceux qui se situent dans le troisième axe (et vice versa, hélas). Les deux parties se regardent en chiens de faïence et essaient de protéger leur territoire respectif - ce qui est d’autant plus dommage qu’un dialogue entre tous les représentants des différentes AD serait sans nul doute fort bénéfique.

  • 7  Dans ses débuts en terres brésiliennes, l’ACD a été représentée par Izabel Magalhães et son groupe (...)

9Le deuxième axe concerne l’analyse critique du discours (ou  critical discourse analysis - CDA). Ce courant théorique anglo-saxon apparaît comme une alternative aux théories issues de Pêcheux et de Foucault qui se sont développées dans le premier axe. La question de l’idéologie y est étudiée dans une perspective pluridisciplinaire. L’ACD7 a fait son entrée au Brésil au cours des années 1980, avec la publication de l’article de Magalhães (1986) sur ce sujet, mais elle n’a pris son essor que dix ans après. Selon Magalhães (2005), cette analyse de discours est par définition politique et a pour objectif d’agir sur le monde et de le transformer. Les influences étrangères principales sont venues des travaux de Norman Fairclough, Van Djik, Anthony Giddens et Michel Foucault, parmi d’autres. Des corpora diversifiées et qui concernent les aspects névralgiques de la réalité brésilienne y sont analysés. Mentionnons, à titre d’exemple, les diverses formes de manifestation du racisme, le post-colonialisme, les questions de genre (masculin et féminin) et d’identité/altérité, les discours des minorités sociales et d’autres sujets de cet ordre. Les mots-clés qui résument l’ACD pourraient être : « langage et pratique sociale ».

  • 8  Il faut comprendre que la première partie de ce syntagme (« franco ») fait mention aux théoriciens (...)

10Le troisième axe est certainement le plus diversifié et le plus hétérogène de tous : le livre édité en 1999, par Mari, H., Pires S., Roseli, A. et Machado, I.L., intitulé Fundamentos e dimensões da Analise do Discurso (Fondements et dimensions de l’analyse du discours) en constitue un cas de figure. Pourtant, curieusement, les chercheurs qui s’y inscrivent communiquent facilement entre eux. Cet axe constitue, par ailleurs, selon nous, une preuve de la grande réussite du dialogue franco-brésilien8. Des alliances nouvelles ont vu le jour sous les tropiques. Il en va ainsi, par exemple, de l’association des concepts issus de Maingueneau et de ceux de la sémiotique greimasienne ; souvent et sans préjugé aucun, des sémioticiens et des analystes du discours travaillent la main dans la main. Un autre cas de figure : les travaux de Roland Barthes sont adoptés par certains analystes du discours qui les conjuguent avec d’autres théories ; les idées empruntées au Cercle de Mikhaïl Bakhtine croisent la Théorie Sémiolinguistique (TS) de Charaudeau ; l’inclusion des théories argumentatives aux méthodologies d’AD est aujourd’hui une constante. Les mots clés susceptibles de représenter cet axe sont « langage et société ».

  • 9  C’est cette année que deux chercheurs, Ida Lucia Machado et Patrick Charaudeau, ont commencé à jet (...)

11L’une des théories les plus connues au sein de cet axe très diversifié est la Théorie Sémiolinguistique (TS) de Patrick Charaudeau, une approche théorique et méthodologique qui depuis 19899, s’est bien acclimatée au Brésil, principalement dans l’Etats du Minas Gerais et à Rio de Janeiro. Elle permet de considérer non seulement le sujet individuel mais aussi le sujet collectif et en cela elle s’associe, d’une certaine façon à la théorie bakhtinienne de la polyphonie. Il faut ajouter que depuis les années 90, la façon d’étudier et de penser proposée par les travaux de Dominique Maingueneau s’est largement répandue du nord au sud du pays, tous axes et chercheurs confondus.

  • 10  Voir la bibliographie Annotée.

12L’œuvre du Cercle de Mikhaïl Bakhtine a toujours été importante dans les études sur le discours, mais à partir des années 2000, on en observe un renouveau au Brésil. Le travail du groupe de Beth Brait (2009a, 2009b, 2008a, 2008b) en est sans doute un bon exemple. Une autre preuve en est la collection « Série Bakhtine, un auteur que l’on ne peut classer », dirigée par Grenissa Stafuzza et Luciane de Paula10, publiée par la maison d’édition Mercado de Letras/Brésil. Au-delà des nombreux études sur des concepts menés par plusieurs chercheurs, les corpora étudiés à partir de la pensée du cercle sont très diversifiés : discours littéraire, médiatique, politique, cinématographique, etc.

13Il faut remarquer que l’AD, depuis son établissement au Brésil en tant que discipline, a toujours accordé une large place à l’argumentation, et cela quel que soit le cadre méthodologique adopté. Les études concernant l’argumentation dans la langue initiées par Anscombre et Ducrot ont été bien accueillies par l’AD au Brésil dès leur parution en France. Le mode d’organisation argumentatif conçu par Patrick Charaudeau est aussi un point de repère dans ce domaine. A partir des années 2000, l’ethos et les « dimension et visée argumentatives » tels que les conçoit Ruth Amossy, sont venus compléter cet ensemble d’idées et ont inspiré dans l’AD du 3e axe des études sur les émotions dans le discours.

14Il convient de remarquer que pour la majorité des chercheurs de cet axe qui est le plus hétérogène de tous, le concept d’idéologie ne représente pas un point d’intérêt central. Pour autant, cela n’implique pas la négation de l’idéologie discursive ; il s’agit bien plutôt d’un élargissement à partir d’autres notions comme celles de stéréotypes, doxa, représentations et imaginaires. Sur ce point également, on est tributaire au Brésil des travaux d’Amossy, Maingueneau et Charaudeau.

15Les articles proposés dans ce numéro spécial de la revue doivent donc être vus comme un travail réalisé par un des nombreux groupes brésiliens qui appartient au 3e axe : il s’agit du Nucleo d’Analise do Discurso de l’Université Fédérale du Minas Gerais. Créé en 1992, par l’initiative d’Ida Lucia Machado et de Patrick Charaudeau, ce groupe exemplifie un des fructueux dialogues que l’analyse du discours a réussi à établir entre théoriciens brésiliens et théoriciens de langue française. Encore faut-il dire que ces voix n’entendent pas défendre une AD unique. Certes, elles ont leurs préférences méthodologiques, mais elles savent qu’il n’y a pas une seule approche de l’analyse du discours, surtout en terres brésiliennes. Et elles voudraient ici manifester leur respect et admiration pour toutes.

16Les analyses du discours donc : voici un beau cadeau que les Brésiliens ont reçu de chercheurs français ou de langue française. Ils leur renvoient ce cadeau : leurs idées, pour nous tant divulguées et appréciées, ont été d’une certaine façon amplifiées et transformées, car adaptées à de nouveaux corpora et à de nouveaux publics. Bref, les idées que l’on a reçu de nos amis de langue française se sont adaptées à la façon de penser et d’être du peuple brésilien.

17Ce numéro d’Argumentation et Analyse du Discours a ainsi été constitué par quelques représentants du Nucleo d’Analise do Discurso de l’Université Fédérale du Minas Gerais auxquels se sont jointes trois autres voix – celles de Beth Brait, Sirio Possenti et Helena Brandão. On y trouvera des analyses effectuées dans des cadres théoriques différents, en prise sur les directions de recherche mentionnées plus haut. Elles portent tout d’abord sur le discours politique. Coordinatrice et fondatrice du Nucleo, Ida Lucia Machado montre comment l’émotion que soulève le récit de vie traverse certains discours de Lula, l’ex-Président du Brésil. Notons que la théoricienne travaille depuis plus de vingt ans à la diffusion et adaptation des travaux de Patrick Charaudeau au Minas et, dans la mesure du possible, au Brésil. Elle s’est entourée d’un groupe solide (au sein duquel travaillent Emilia Mendes, Wander Emediato, Dylia Lysardo-Dias, William Menezes et Giani David, entre autres) qui l’a amplement secondée dans une tâche qui ne s’est pas avérée facile, car la TS de Charaudeau arrivait à un moment où les théories de Pêcheux et de Foucault régnaient sans partage sur l’AD brésilienne. C’est elle aussi qui a invité Ruth Amossy pour sa première visite au Brésil, en 2007, mettant ainsi en place la collaboration du Nucleo et de l’ADARR. Dans le domaine du discours politique également, Sirio Possenti, de l’Université de Campinas (São Paulo) où il se consacre à la linguistique et plus spécialement à l’AD, présente un travail novateur portant sur la mémoire discursive, dont il expose la problématique à travers les slogans électoraux du Brésil.

18Les articles suivants traitent du discours médiatique. Wander Emediato, connu surtout par ses travaux portant sur l’argumentation dans les médias (et qui a soutenu en son temps une thèse avec Patrick Charaudeau dans ce domaine), examine la titraille des journaux brésiliens et français pour soulever à travers elle des questions relatives à l’argumentation dans le discours dit d’information. Helena Brandão, de l’Université de São Paulo et auteur d’une introduction fort bien construite sur l’AD (voir la bibliographie annotée), examine les annonces publicitaires sur les esclaves de la presse brésilienne de 1828-1880 pour mettre en lumière la façon dont le discours y représente les rapports quotidiens de l’époque.

19Le discours juridique est également exploré : un article de Helcira Maria Rodrigues de Lima, du Nucleo, explore le rôle des émotions dans le discours de la Cour d’Assises au Brésil à partir d’un genre peu étudié : le rapport de police.

20Enfin, une dernière partie porte sur ce que nous appelons, en suivant les études de Mendes (2000) dans notre Nucleo, « discours de fiction ». En effet, pour Mendes, la fictionnalité est la simulation de mondes possibles et peut être rangée en trois catégories : (a) constitutive - la simulation est partie du système, par exemple, la langue, le système numérique, etc. ; (b) collaborative - la fictionnalité a la fonction de contribuer à la formation de quelques genres discursifs dont le statut est factuel, par exemple : la publicité, la carte, l’exemple en salle de classe, quelques documentaires, etc. et (c) prédominante - c’est un type de fictionnalité établie à partir d’un contrat, on y voit quelques productions liées au discours littéraire, mais il faut dire qu’il y a des textes littéraires qui ne sont pas fictionnels ; les exemples sont les genres du cinéma de fiction, les paroles de musique, etc. Inspirée par les idées de Barthes, de Charaudeau, de Plantin, d’Amossy, Mendes élabore actuellement une méthodologie à partir de ces travaux pour mettre au point une approche des discours de l’image.

21Les deux articles traitant du discours de fiction portent l’un sur le discours littéraire, l’autre sur la chanson populaire. Glaucia Lara et Dilson Cruz (qui a développé une recherche intéressante sur l’ethos dans l’oeuvre de Machado de Assis) tentent d’articuler des notions issues de la sémiotique greimassienne et de la rhétorique en analysant deux contes d’un des meilleurs écrivains brésiliens du 19e siècle, Machado de Assis (1839-1908). Beth Brait, de la Pontifícia Universidade Católica de São Paulo, qui se consacre depuis un certain temps à Bakhtine et à son Cercle, se penche sur une chanson populaire pour examiner, à travers le prisme de « l’analyse dialogique du discours » (Bakhtine), la façon dont ce texte « montre la langue, articule et disloque les discours ».

22Le numéro spécial est complété par deux comptes rendus d’ouvrages brésiliens. Le premier présente « Da análise do discurso no Brasil à análise do discurso do Brasil: três épocas histórico-analíticas. (De l’analyse du discours au Brésil à l’analyse du discours du Brésil: trois époques historiques-analytiques) édité par nos collègues Grenissa Stafuzza et Luciane de Paula ; le second présente le livre « Emoções no discurso » – volume 2 (Les émotions dans le discours), édité par Emilia Mendes e Ida Lucia Machado.

23Enfin, ce panorama offre une bibliographie annotée (constituée uniquement par des livres, en raison de la multitude des travaux existants) qui contribuera, on l’espère, à donner au lecteur francophone une vision d’ensemble du travail réalisé dans le domaine de l’AD (tous axes confondus) au Brésil.

24Finalement, il faut préciser que cette rencontre entre analystes de discours brésiliens n’aurait pas eu lieu sans l’esprit généreux et ouvert d’une collègue comme la coordinatrice de l’ADARR. A Ruth Amossy et à tous les membres de son groupe, nos remerciements.

Haut de page

Bibliographie

Brait, Beth (éd). 2009a. Bakhtin e o círculo.[Bakhtine et le cercle] (São Paulo : Contexto)

Brait, Beth (éd). 2009b. Bakhtin - Dialogismo e polifonia.[Bakhtine - Dialogisme et polyphonie] (São Paulo : Contexto)

Brait, Beth (éd). 2008a. Bakhtin - conceitos-chave [Bakhtine - concepts-clé] (São Paulo : Contexto)

Brait, Beth (éd). 2008b. Bakhtin - outros conceitos-chave [Bakhtine - d’autres concepts-clé] (São Paulo : Contexto)

Charaudeau, Patrick & Dominique Maingueneau. 2002. Dictionnaire d’analyse du discours (Paris : Seuil)

Fiorin, Jose Luiz. 1988. O regime de 1964 : discurso e ideologia. [Le régime de 1964 : discours et idéologie] (São Paulo : Atual)

Magalhães, Izabel. 2005. « Introdução : a análise de discurso crítica » (« Introduction : l’analyse critique de discours »), Delta 21, « Análise crítica do discurso », 1-9

Magalhães, Izabel. 1986. « Por Uma Abordagem Crítica e Explanatória do Discurso » [« Pour une approche critique et explicative du discours »],  Delta 2, 181-205

Mari, Hugo, Suelim Cruz Pires, R. Amadeu & Ida Lucia Machado (éds). 1999. Fundamentos e dimensões da análise do discurso [Fondements et dimensions de l’analyse du discours] (Belo Horizonte : Carol Borges)

Orlandi, Eni. 2009 [1983]. A linguagem e seu funcionamento - As formas do discurso. [Le langage et son fonctionnement - les formes du discours] (São Paulo : Pontes)

Orlandi, Eni P. 2007. « L’analyse du discours et ses entre-deux : notes sur son histoire au Brésil », Orlandi, Eni P & Eduardo Guimarães (éds). Un dialogue atlantique : production des sciences du langage au Brésil (Lyon : ENS Éditions), 38-61

Orlandi, Eni (éd.) 1987. Palavra, fé, poder[Parole, foi, pouvoir] (Campinas : Pontes)

Osakabe, Haquira. 2002 [1979]. Argumentação e discurso político(São Paulo : Martins Fontes)

Haut de page

Notes

1  Il s’agit d’un organisme du gouvernement fédéral qui aide la recherche au Brésil ; on peut dire qu’il est l’équivalent du CNRS en France.

2  Sur ce sujet, voir aussi Fiorin (1988) et Osakabe (2002).

3  Les études sur l’idéologie et sur les théories de Pêcheux et Foucault sont très importantes dans la scène scientifique brésilienne. Nous trouvons cette modalité d’AD surtout dans les universités de l’état de São Paulo et dans d’autres universités au sud du pays, aussi bien que dans la région du Minas Gerais nommée « Triângulo Mineiro ». Comme exemple de ce dernier cas, voir l’article de João Bôsco Cabral dos Santos (2010), dans le livre de Stafuzza et de Paula ici présenté sous la forme de compte rendu. 

4  Dans la Bibliographie annotée de ce même numéro, on a tenté de mentionner un large éventail de chercheurs brésiliens en AD. Evidemment il en manquera quelques-uns, ce travail n’ayant pas un caractère exhaustif.

5  Voir : Charaudeau & Maingueneau (2002).

6  Et de ses rapports avec l’histoire. La science choisit une version des faits et la présente comme vraie. Elle procède par occultation des voix, en opérant une démarche de « silenciement ». Ce faisant, elle gomme d’autres versions qui sont pourtant importantes (Orlandi, 2007). Les voix de la langue de nos indigènes dans les manuels d’Histoire (officielle) du Brésil en est un cas de figure : elles ont été effacées au profit des voix des colonisateurs.

7  Dans ses débuts en terres brésiliennes, l’ACD a été représentée par Izabel Magalhães et son groupe de l’Université de Brasilia (UnB) ; ensuite, cette approche du discours a eu du succès dans des universités de la région nord-est et aussi dans quelques universités de la région sud-est du pays.

8  Il faut comprendre que la première partie de ce syntagme (« franco ») fait mention aux théoriciens du discours qui communiquent en français soient-ils Français, Belges, Israéliens ou Suisses.

9  C’est cette année que deux chercheurs, Ida Lucia Machado et Patrick Charaudeau, ont commencé à jeter les fondements d’une future coopération Brésil-France qui aurait pour base un projet commun basée sur la nouvelle approche de l’AD proposée par Charaudeau. Le projet a été concrétisé par un accord entre la CAPES (Brésil) et le Cofecub (France) en 1994 et a duré 10 ans.

10  Voir la bibliographie Annotée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ida Lucia Machado et Emilia Mendes, « Avant-propos », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://aad.revues.org/1220

Haut de page

Auteurs

Ida Lucia Machado

Universidade Federal de Minas Gerais

Articles du même auteur

Emilia Mendes

Universidade Federal de Minas Gerais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • Les cahiers de Revues.org